Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Chronique auteur étranger - «Best-Seller» ->

Mariée, enceinte de huit mois et demi, déjà mère de deux enfants, Didi Woods fait ses courses dans un supermarché de Dallas lorsqu’elle est enlevée par un déséquilibré.

Ses raisons ? Nul ne les connaît.

Débute alors une folle équipée au cours de laquelle s’enchaînent meurtres, tentatives de viol, accouchement…

Onze heures d’angoisse pour la jeune femme, que le FBI et la police semblent impuissants à libérer.

Pour sauver sa vie et celle de son enfant, Didi n’a qu’une solution : pénétrer les noirs replis du cerveau malade de son ravisseur…

Suspense psychlogique original où se succède la narration des faits par l’héroïne et par son mari qui tente de la retrouver.

Ce volume fut six semaines d’affilée parmi les meilleurs ventes du New York Times.

Voici ce qu’en disent deux maîtres du suspense :

Un roman ciselé qui génère la terreur avec l’efficacité de Duel, de Steven Spielberg

– Martin Cruz Smith, auteur de Gorky Park

Attendez-vous à rester éveillé très tard dans la nuit si vous ouvrez ce roman au lit.

– Janet Evanovich

L’AUTEURE :

PAULLINA SIMONS est née à Léningrad en 1963, et a émigré aux États-Unis avec sa famille dans les années 70. Elle est l’auteure de cinq ouvrages à succès traduits en français dont Le Silence d’une femme (Robert Laffont, 1996) et, plus récemment, Tatiana et Alexandre (Robert Laffont, 2005)

ONZE HEURES À VIVRE
Paullina Simons
LES ÉDITIONS ARCHI POCHE no 20
2007 – 384 pages – 10,95$

LES ÉDITIONS ARCHIPEL