Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique spectacles ->

21e FESTIVAL INTERNATIONAL DE JAZZ DE MONTRÉAL

AUX ALLURES DE CARNAVAL

POUR CÉLÉBRER LE 500e ANNIVERSAIRE DU BRÉSIL

Cet été, des milliers et des milliers de gens se déguiseront et descendront dans la rue pour fêter et danser comme rarement l’occasion leur en est donnée de le faire.

La raison?

Le 500e anniversaire du Brésil!

Or le plus grand rassemblement organisé en l’an 2000 pour souligner cette date historique, à l’extérieur du Brésil bien sûr, est proposé à Montréal, lors du Grand Événement General Motors.

En vedette : Timbalada, l’une des formations de carnaval les plus populaires du Brésil; avec deux douzaines de musiciens sur scène faisant danser une immense foule déguisée, cela promet d’être l’un des plus grands partys populaires jamais organisés à Montréal!

Le gigantesque happening GRATUIT, dans la tradition de ceux qu’organise chaque année le Festival International de Jazz de Montréal, aura lieu

le mardi 4 juillet, à 21 h,

sur la scène General Motors
(à l’angle des rues Sainte-Catherine et Jeanne-Mance).

Un seul mot d’ordre : déguisez-vous… et laissez-vous aller
au plus grand party jamais organisé à Montréal
avec deux douzaines de musiciens sur scène!

Avec Rio, Salvador de Bahia, foyer de la culture afro-brésilienne, se distingue par son gigantesque carnaval à l’occasion duquel les gens, déguisés et en liesse, se retrouvent dans la rue pour fêter, comme cela sera le cas de Montréal le temps d’une soirée… absolument magique!

Mais si l’immense rassemblement populaire de la ville du Pain de Sucre est devenu célèbre pour sa samba et ses costumes extravagants, celui de Salvador de Bahia se démarque par les « blocos afros », grands orchestres de chants et percussions qui défilent sur de gros camions aux sons de « Sound Systems ».

Ce sont ces blocos qui ont contribué à développer le « son de Bahia » (État brésilien, Bahia est aussi l’ancien nom de la ville de Salvador), qui se distingue par un mélange de percussions afro-brésiliennes et d’influences reggae.

Timbalada est parmi les plus reconnus de ces blocos.

Fondée en 1994 par Carlinhos Brown, l’une des figures emblématiques de la présente vague musicale brésilienne, la formation livrait la meilleure prestation de son histoire à Salvador de Bahia, lors du Carnaval 2000, il y a quelques mois.

Six heures par jour durant trois jours, les musiciens ont fait battre tambours et autres instruments de percussion en défilant dans les rues de la ville.

Les traditionnels vêtements de carnaval laissèrent place à un véritable festin de couleurs et la ville fut transformée en un marathon sonore aux allures de cirque auquel les milliers de fêtards ne voulaient plus mettre fin.

En plus d’être la représentante la plus en vue de cette culture ardente, Timbalada donne corps à des préoccupations sociales en intervenant en tant qu’association communautaire dans le quartier de Candeal.

Nombre de projets que contribue à mettre sur pied l’organisme sont destinés aux jeunes de la rue.

Le bloco musical de l’association organise également chaque dimanche (cela rappellera sans doute quelque chose à de nombreux Montréalais…) un grand rassemblement de « timbaleros », où des percussionnistes ont l’occasion de jouer en compagnie de plusieurs grands noms de la musique brésilienne tels Caetano Veloso et Gilberto Gil.

Le Grand Événement General Motors, le 4 juillet, à 21 h.

C’est un rendez-vous, en plein cœur du centre-ville probablement le plus paisible et le plus accueillant du monde, avec ses projecteurs dansant sur les gratte-ciel et sur une foule dépassant les 100 000 spectateurs, ses écrans géants, ses effets visuels signés Érick Villeneuve, ses haut-parleurs de 60 000 watts et ses tours de délais sonores, cet événement d’animation urbaine montréalais est sans commune mesure.

Il donne à vivre une expérience tout à fait unique où l’osmose entre la musique et la technologie éblouit les sens et où l’envergure de l’événement et la communion qu’elle suscite font elles-mêmes partie intégrante du spectacle.

On se souviendra à ce chapitre des envoûtants hommages à la musique du Cirque du Soleil et à Louis Armstrong, respectivement en 1995 et 1996, ainsi qu’aux concerts donnés par l’inoubliable ¡CUBANISMO!, en 1997, Queen Esther Marrow et les Harlem Gospel Singers, en 1998, et Carl Craig Innerzone Orchestra, l’été dernier.

Une invitation au Carnaval brésilien en compagnie de Timbalada,
lors du Grand Événement General Motors,
le mardi 4 juillet, à 21 h,
face à la scène General Motors!