Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

À ces gens qui lui parlent de cimetières profanés, des mots de haine qui apparaissent partout, de la guerre, de l’inquiétude, à ces gens qui lui demandent si l’injustice, le racisme, la violence viendront toujours obscurcir l’avenir des hommes, l’écrivain MARTIN GRAY répond que l’espoir demeure.

Je dois répondre à ces angoisses, ajoute l’homme de 82 ans. Je dois montrer d’autres chemins pour l’homme. Je veux qu’on entende ma colère, et aussi mon espérance.

Des malheurs qui ont ébranlé sa vie – l’expérience du camp d’extermination de Tréblinka, la perte de sa femme et de ses quatre enfants dans un incendie de forêt -, MARTIN GRAY a fait une force

Ses livres, dont Au nom de tous les miens , ont apporté sagesse et redonné espoir à des millions de lecteurs à travers le monde.

J’avais depuis dix ans choisi le silence. Mais comment ne pas crier quand mes enfants, mes proches, mes lecteurs m’interrogent. Ils savent que je suis un témoin de la barbarie. Est-ce que cela recommence ? me demandent-ils ?

Aujourd’hui, face à ce monde qu’on pourrait affirmer tourbillonnant vers sa perte, répétant avec rage les erreurs du passé, face à l’apparente victoire de Caïn sur Abel, MARTIN GRAY revient avec Au nom de tous les hommes, un cri de colère, un acte de fraternité et un message d’espoir essentiel.

Critique d’Uparathi

AU NOM DE TOUS LES HOMMES
Martin Gray
LES ÉDITIONS DU ROCHER
2004 – 276 pages – 26,95$