Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique spectacles ->

Jeudi soir, je vous disais que j’avais été bénie des dieux avec le spectacle de Moustaki! Eh bien! Les dieux ont été plus que bons avec nous!!!

SAMEDI SOIR, au RESTO PUB, rue Lajoie à Joliette, à l’occasion des Grands Rendez-vous Blues, le groupe invité était BIG DAVE AND THE ULTRASONICS

Le ciel au complet nous est tombé sur la tête!

Venant de Ann Arbor, Michigan, ce groupe de 5 musiciens nous a enflammé le cerveau!!!

Une énergie!!!! Un blues puissant!!!! Cinq joyeux lurons qui s’amusent et ne ménagent rien pour nous charmer

Vêtus comme en 1950 – chemise de satin pour l’un, de fortrel pour un autre, pantalons à « turn-up », habit et béret pour Big Dave – tout y est…


BIG DAVE STEELE est le chanteur principal du groupe, il s’accompagne de sa guitare noire à l’ancienne. On dirait que sa voix sort d’un porte-voix! Où comme un ancien disque de « gramophone »! Pourquoi s’appelle-t-il Big?? Probablement pour son énorme expérience et la qualité de ses compositions car il est mince comme un fil!!! Tout un chanteur!!!


DAVE MORRIS, l’homme à la chemise de satin rouge, est également chanteur mais il est surtout l’harmoniciste du groupe. Avec sa dizaine d’harmonicas, il nous jette par terre par sa dextérité et sa capacité pulmonaire!!! L’auteur de « Cerisiers roses et pommiers blancs » aurait été ébloui par la version Dave Morris!!!


PIET STRUYK, percussionniste et à la batterie. Dans le groupe, il défend bien sa place. Toutefois, c’est lorsqu’il a fait un duo avec Dave Morris et finalement un solo qu’on a pu voir sa dextérité incroyable. De tout doux à super puissant, on dirait que ses tambours parlent!


BEN WILSON, claviers et orgue Hammond. Étant assise tout près de Ben, j’ai pu constater à quel point il se donnait entièrement. Pianiste déchaîné, il joue sur un vieil orgue d’église qui doit avoir 50 ans tellement il est usé… Ce pauvre orgue ne doit pas reconnaître ce qui sort de ses entrailles car Ben lui en fait voir de toutes les couleurs.


DALE JENNINGS, guitariste « bass ». Voilà le plus discret des 5 membres. Il est également le petit dernier arrivé; mais il semble s’amuser et lui non plus ne ménage pas sa guitare pour accompagner cet ensemble extraordinaire.
A-t-il fait un solo? À 12:15, je suis partie, c’était l’entracte!!!!!

Des gars formidables, sympathiques, qui font leur travail avec plaisir et nous transmettent leur amour du « jump blues ».

Visitez leur site et surveillez leur calendrier – s’ils passent par chez-vous, précipitez-vous pour acheter vos billets

http://www.bigdaveblues.com/

Dans ma prochaine chronique, je vous parlerai du groupe qui a fait la première partie: Le groupe de Dominique Paré! Là aussi, j’ai fait un grand WOW!

Pour lire les chroniques précédentes, allez vers le bas!

PÔLE INTERNATIONAL: collaboration de Loulou:
http://www.philagora.net/pole-int/revue.htm