Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Le jury décerne le Grand Prix du Festival International de la Poésie 2004,à Claude Beausoleil, pour son recueil Lectures des éblouissements.

Claude Beausoleil

Photo tirée du site
ARBRE DE LUNE

BIBLIOGRAPHIE :

Intrusion ralentie, Le Jour, 1972.
Les bracelets d’ombre, Le Jour, 1973.
Avatars du trait, L’Aurore, 1974.
Dead Line, Danielle Laliberté, 1974.
Journal mobile, Le Jour, 1974.
Ahuntsic Dream, Les Herbes rouges, 1975.
Motilité, L’Aurore, 1975.
Promenade Modern Style, Cul Q, 1975.
Le sang froid du reptile, Les Herbes rouges, 1975.
Sens Interdit, Cul Q, 1976.
Les marges du désir, du Coin, 1977.
Le temps maya, Cul Q, 1977.
La surface du paysage, VLB, 1979.
Au milieu du corps l’attractions’insinue, Noroît, 1980.
Dans la matière rêvant comme d’une émeute, Écrits des Forges,
1982.
Concrete City, Select Poems 1972-1982, édition bilingue français/anglais, Guernica, 1983.
D’autres sourires de stars, Le Castor astral, 1983.
Le livre du voyage, Lèvres urbaines, 1983.
Présences du réel, Noroît, 1983.
Une certaine fin de siècle, tome 1, Noroît, 1983.
Langue secrète,La Nouvelle Barre du jour, 1984.
Les livres parlent, Écrits des Forges, 1984.
La Découverte des heures, La Nouvelle Barre du jour, 1985. S’inscrit sous le ciel en graphiques de feu, Écrits des
Forges, 1985.
Il y a des nuits que nous habitons tous, Noroît/Le Castor astral, 1986.
Extase et déchirure, Écrits des Forges/Table rase, 1987. Grand Hôtel des Étrangers, Écrits des Forges/Europe
Poésie, 1988-1996.
La poésie acadienne, en collaboration avec Gérald Leblanc, Écrits des Forges/Le Castor astral, 1988-1999.
Travaux d’infini, Noroît, 1988.
Ville concrète, livre-audio, Artalec, 1988.
La poésie mexicaine, Écrits des Forges/Le Castor astral, 1989.
Le dormeur, Écrits des Forges, 1991.
Loin du sommeil dans la question, L’Arbre à paroles, 1991. Passions, Isabelle Bongard, 1991.
Une certaine fin de siècle, tome 2, Noroît/Le Castor astral, 1991.
Fureur de Mexico, Écrits des Forges/Phi/Perce-neige, 1992. Migrations, du Versant Nord, 1992.
Montréal est une ville de poèmesvous savez, l’Hexagone, 1992. Le déchiffrement du monde, Les Herbes rouges, 1993.
La poésie suisse romande, Écrits des Forges/Le Castor astral/L’Aire, 1993.
L’usage du temps, Les Herbes rouges, 1993.
La ville aux yeux d’hiver, Écrits des Forges, 1993-1999.
Fort sauvage, l’Hexagone,1994, Le Castor astral, 1996.
La manière d’être, Les Herbes rouges, 1994.
L’amour du secret, À travers, 1994.
La vie singulière, Les Herbes rouges, 1994.
Traverser, À travers, 1994.
Ailleurs, À travers, 1995.
Du regard, À travers, 1995.
Le rythme des lieux, Écrits des Forges/L’Orange bleue,1995. Rue du jour, Les Herbes rouges, 1995.
Kérouac Jack, À travers, 1996.
Le motif de l’identité dans la poésie québécoise, Estuaire,
1996.
Librement dit, l’Hexagone, 1997.
Les Romantiques québécois, Les Herbes rouges, 1997.
Quatre échos de l’obscur, Écrits des Forges, 1997.
Le Chant du voyageur, Les Herbes rouges, 1998.
Matins, À travers, 1999.
L’Espace est devant nous, Le Castor astral, 1999.
Exilé, Les Herbes rouges, 1999.
Unknown, Les Herbes rouges, 2000.
Oscar Wilde, pour l’amour du Beau, Le Castor Astral, 2001.
La Parole jusqu’en ses envoûtements, Écrits des Forges / Le Castor Astral, 2001.
Les Passions extérieures, Écrits des Forges / Le Castor Astral, 2002.
Baroque du Nord, Les Herbes rouges, 2003.
Sous les traces, À travers, 2003.
Dépossessions,Écrits des Forges / Phi, 2003.

NOTES BIOBLIOGRAPHIQUES :

Né à Montréal au Québec le 16 novembre 1948.

Poète, il a publié plus d’une soixantaine d’ouvrages depuis 1972.

La poésie de Claude Beausoleil parle de la ville et de la
solitude, du voyage et des «lieux» dont elle interroge les codes et les valeurs.

L’auteur fait de la poésie un territoire où se confrontent fiction, quotidien, désirs autobiographiques et critique sociale.

Lyrique, personnelle, cette poésie est nourrie des transformations de l’époque.

Engagée, expérimentale et généreuse, réflexive et baroque, cette écriture poétique s’inscrit dans le renouvellement des formes.

Depuis Intrusion ralentie (1972-2002) le poète affirme :
«Je suis un voyageur / que le langage invente».

Critique, il a été chroniqueur de poésie au journal Le Devoir de 1978 à 1985 et a signé des articles sur la poésie dans de nombreuses revues tant au Québec qu’à l’étranger (Hobo / Québec, Cul Q, Dérives, Jeu, Estuaire, Nuit Blanche, Éloïzes, Exit, Plural, Le Sabord, Europe, etc…).

Auteur d’un essai, Le motif de l’identité dans la poésie québécoise (1996), il réuni ses articles dans Les livres parlent (1984) et Extase et déchirure (1987).

En 2001 il publie Oscar Wilde pour l’amour du beau – essai sur la poésie du dandy irlandais.

Chroniqueur de poésie à la revue Lettres québécoises et au journal La Presse.

Traducteur, il a préparé une anthologie de la poésie mexicaine contemporaine et traduit des poèmes de Federico Garcia Lorca («Sonnets de l’amour obscur») et de Xavier Villarrutia («Nostalgie de la Mort»).

Ses poèmes sont traduits en plusieurs langues dont l’anglais, l’espagnol, le catalan, le roumain, le bulgare et l’italien.

Chercheur, il a compilé plusieurs anthologies des poésies de la francophonie (québécoise, suisse romande, acadienne…) et préparé des rééditions de textes poétiques fondateurs : Émile Nelligan, Louis Fréchette, Clément Marchand, Walt Whitman.

Il a participé à de nombreuses manifestations (colloques, lectures, festivals), donné des conférences dans divers pays (France, USA, Belgique, Espagne, Mexique, Colombie, Italie, Russie, Bulgarie, Roumanie, Suède, Argentine etc…) et représenté la poésie québécoise dans de nombreuses manifestations internationales.

M.A. sur l’oeuvre d’Hubert Aquin, études en histoire de l’art, langue espagnole et doctorat sur la poésie québécoise.

Directeur de la collection «Five o’clock». Il enseigne la littérature québécoise au collège Édouard-Montpetit (Longueuil) de 1973 à 2003.

Romancier, en 1994, il publie Fort Sauvage (l’Hexagone); il est réédité en France en 1996 (Le Castor Astral).

Dans des carnets intitulés Librement dit (1997) il interroge au quotidien les liens entre les cultures québécoise et française.

Il a aussi publié de nombreux livres d’artistes avec la collaboration de René Derouin, Jocelyne Aird-Bélanger, Louis, Bouchard, Pat Badani, et Jacques Clauzel (éditions À travers).

Il a présenté plusieurs expositions avec le photographe Denis Boutillot.

Il est directeur de la revue de poésie «Lèvres Urbaines» créée en 1983.

En 1989, il reçoit l’Ordre des Francophones d’Amérique. Récipiendaire de nombreux prix et récompenses parmi lesquels le Prix Nelligan, le Grand Prix de la Poésie du Journal de Montréal, le Prix des Terrasses Saint-Sulpice de la revue Estuaire, le Prix de la poésie du 350ème anniversaire de la fondation de la ville de Montréal et, en France, le Prix Georges Limbour.

Son recueil Grand Hôtel des Étrangers (1988-1996) a été adapté à la scène. Ce spectacle de «poésie virtuelle» créé au Théâtre d’aujourd’hui (à Montréal, en 1996) a été présenté dans plusieurs villes des USA, en Amérique latine et à Singapour. Traduit en espagnol et en anglais ce recueil s’est vu décerner le Prix du Festival International de la Poésie de Trois-Rivières ainsi que le Prix Alain-Grandbois de l’Académie des Lettres du Québec.

En 2001, il devient membre de l’Académie Mondiale de Poésie.

En mai 2004 Claude Beausoleil est élu membre de l’Académie Mallarmé.

En août 2004, le recueil « Lecture des éblouissements » gagne le Grand Prix du Festival International de la Poésie de même que le Prix International de Poésie Gatien-Lapointe /Jaime Sabines.