Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->

À l’occasion de la présentation de la pièce Oh les beaux jours de Samuel Beckett au Carrefour international de théâtre de Québec, en mai 1996, le grand metteur en scène PETER BROOK tint une conférence de presse à laquelle participait également Natasha Parry (l’interprète de Winnie), ainsi qu’une rencontre publique au Musée de la civilisation.

PIERRE MaC DUFF, le directeur général de la compagnie de théâtre Les Deux Mondes, qui animait les rencontres, a mis en forme les propos échangés lors de ces deux événements pour nous offrir ce livre.

Dans son avant-propos, ce dernier écrit :

« Le passage de Peter Brook à Québec aura marqué les esprits et les mémoires, par l’impact du spectacle qu’il accompagnait et qui, à l’instar de tant de réalisation passées – ou qui allaient suivre -, avait une pureté diamantaire. Ces échanges ont aussi offert l’occasion de pressentir le climat de confiance à partir duquel s’exerce sa direction à l’endroit des acteurs et des autres collaborateurs de ses spectacles, puisque c’est celui qui s’instaurait d’emblée autour de sa présence .»

Abordant avec simplicité et franchise le travail du metteur en scène, Peter Brook livre ses réflexions en contextualisant sa démarche au sein du théâtre contemporain, tissant des liens avec le cinéma, la télévision et les autres formes d’art de la scène.

Si les entretiens s’appuient principalement sur le travail relatif à la pièce Oh les beaux jours, les réponses de ce grand homme de théâtre ont l’intelligence de l’universalité, ouvrant ainsi sur une réflexion nourrie sur la vérité de la représentation et la responsabilité qui échoit au metteur en scène.

Né à Londres en 1925, PETER BROOK a derrière lui une carrière éclectique : théâtre, cinéma, opéra. Metteur en scène depuis l’âge de dix-sept ans, il monte , en 1955 Titus Andronicus à Londres, puis il assure la direction du royal Shakespeare Theater à Stratford-Upon-Avon.

Il s’inspire à la fois du « théâtre brut » et du « théâtre sacré », ce qui donne le célèbre Marat-Sade de Peter Weiss, en 1966.

Il se fixe en France en 1970 et fonde le Centre international de recherches théâtrales (devenu depuis le Centre International de Création Théâtrale) qui s’installe en 1974 aux bouffes du Nord.

Puisant aux traditions théâtrales et musicales extra-européennes, il cherche à développer chez le spectateur une perception plus intense de la présence de l’autre.

CLIMAT DE CONFIANCE
Peter Brook
Entretiens menés par Pierre MacDuff
LES ÉDITIONS L’INSTANT MÊME
Collection L’instant scène
2007 – 90 pages – 13,00$

Parcourez le site de cet éditeur pour y retrouver une foule de titres passionnants :

LES ÉDITIONS L’INSTANT MÊME