Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Éditeurs du Canada français ->

Dans le pli des collines
Martine Noël-Maw
Éditions de la nouvelle plume
261 pages
mars 2004
18,00 $

Une rumeur pleine de malice salit la réputation du docteur Murray, le plus célèbre médecin de Fort San dans la vallée Qu’Appelle en Saskatchewan.

Oasis de tranquillité et de guérison pour des tuberculeux, le sanatorium est aussi le lieu d’un drame étouffé pendant plus de soixante-dix ans.

Sophie perce le mystère dans sa belle-famille à l’aide d’un journal intime, de lettres d’époque et de témoins vivants.

Osera-t-elle révéler l’étonnante vérité cachée dans le pli des collines?

Faute professionnelle ? Adultère ? Meurtre ? Le docteur Andrew Murray a consacré sa vie à soigner les tuberculeux au sanatorium de Fort Qu’Appelle, surnommé Fort San. Mais voilà. À son décès, il y a trente ans, il a emporté avec lui un secret qui va hanter son petit-fils, Émile Murray, médecin lui aussi.

Dans le pli des collines est un roman contemporain à l’écriture soignée dont l’action se déroule dans le paisible village de Fort Qu’Appelle situé dans la pittoresque vallée Qu’Appelle, en Saskatchewan. On y fait la connaissance du docteur Émile Murray et de sa femme Sophie qui, répondant à l’appel du passé, dénouera une intrigue complexe qui trouve écho dans les collines entourant Fort San.

Sophie a délaissé l’enseignement pour mener des études en journalisme. Alors qu’elle entame la lecture du journal de la défunte Emily Murray, la tante de son mari, elle se découvre une étonnante affinité avec cette femme qui, après avoir étudié à Paris à la fin des années 1940, a parcouru le monde en tant que reporter, mais n’a jamais oublié ses racines dans la vallée Qu’Appelle.

Alors que Sophie entreprend la transcription du journal d’Emily, elle constate que celui-ci est truffé de décennies de souvenirs occultés en liens avec la famille Murray et Fort San. Par l’entremise de ce journal émerge un portrait de famille surprenant. Avec une ferveur toute journalistique, Sophie croise des témoins du passé qui s’accrochent à leur version des faits. Grâce aux informations qu’elle grappille, elle reconstruit une mosaïque de plus en plus intriquée.

Armée d’une patience infinie et d’une passion inébranlable dans sa recherche de la vérité, Sophie retrace les circonstances entourant la naissance du père d’Émile. Des circonstances si lourdes de conséquences qu’il est sans doute préférable de les laisser enfouies dans le pli des collines.

Dans le pli des collines brosse un tableau fascinant, coloré par le passé d’une famille qui s’entremêle à la riche histoire de la Saskatchewan.

Source : Martine Noël-Maw

Première pages: Avant-propos

Jamais je n’oublierai l’émotion que j’ai ressentie lorsqu’en juillet 1993, découvrant ma nouvelle province d’adoption, la Saskatchewan, j’ai vu pour la première fois la vallée Qu’Appelle.

Je roulais depuis une heure, à l’est de Regina. Il n’y avait devant moi que la plaine et ce ciel immense qui repousse constamment l’horizon. Une légère courbe vers la droite, puis une vers la gauche, une maison de ferme abandonnée, des champs de blé qui se succèdent, épousant harmonieusement l’empreinte du vent.

J’étais seule, poursuivant ma lancée sur le petit filet d’asphalte au milieu de cette mer dorée lorsque je croisai un panneau routier annonçant « Qu’Appelle Valley ». Tout à coup, la terre s’ouvrit devant moi, la vallée m’apparut, taillée à même le ventre des prairies. Quel ravissement !

En apercevant cette vallée j’ai tout de suite songé qu’il devait s’y être passé des choses extraordinaires, qu’un paysage aussi particulier devait avoir influencé le destin de ceux qui y ont vécu.

Par la suite, la découverte de Fort San, le légendaire sanatorium de la vallée, a confirmé cette impression. Je ne me doutais pas alors qu’il deviendrait le point de départ de mon premier roman.

La vallée Qu’Appelle (ou Katepwa, qui signifie « qui appelle » en cri) a été baptisée ainsi par les Métis.

Cette cicatrice plusieurs fois millénaire, laissée par le passage des glaciers, a inspiré une légende écrite par Pauline Johnson.

Selon cette légende un jeune Amérindien, pagayant jour et nuit pour aller retrouver sa fiancée après une longue absence, aurait entendu une voix féminine appeler tendrement son nom, par deux fois, juste avant le coucher du soleil.

« Qui appelle ? » aurait-il demandé.

Pour toute réponse il aurait entendu l’écho lointain :
« Qu’appelle. »

Craignant le pire, le jeune homme aurait repris sa route en direction du village de sa fiancée pour découvrir qu’elle était morte et que, dans un dernier souffle, elle avait appelé son amour, à deux reprises.

Depuis ce jour, toujours selon la légende, lorsque la lune pointe au sommet des collines lointaines, on peut entendre la belle appeler son amour dans le vent d’ouest.

J’ai planté dans le décor bien réel de la vallée Qu’Appelle des personnages fictifs qui, pour certains, puisent leur essence dans des êtres qui ont gravité autour de Fort San. Leur destin constitue la trame d’une intrigue forgée de toutes pièces, une histoire inspirée par les collines de la vallée.

J’ai pris un plaisir immense à me laisser envoûter par cet endroit, et lorsque je ressens un besoin d’enchantement, je saute dans ma voiture et j’y retourne. Mon souhait le plus cher est d’être parvenue à transmettre à travers ce roman ne serait-ce q’une parcelle de sa beauté.

Martine Noël-Maw

Originaire d’Abitibi au Québec, Martine Noël-Maw vit en Saskatchewan depuis 1993.

Son isolement culturel et linguistique lui permet d’adopter un rôle d’observatrice et elle se laisse inspirer par le paysage envoûtant et le riche passé de la Saskatchewan.

Consultante en relations publiques, agente de communication et conseillère en ressources humaines, elle se retire du marché du travail en 2001 pour se consacrer à l’écriture de son premier roman, Dans le pli des collines.

COMMENTAIRE :
Dans les années quarante, on sait que la tuberculose était une maladie fréquente et même souvent incurable. Entrer dans ces établissements réservés aux personnes affectées, les sanatoriums, signifiait parfois la mort. Pourtant dans le journal d’Emily Murray, c’est un lieu de vie… Et c’est un peu ainsi que la narration commence…

Un livre original qui offre beaucoup de plaisir au lecteur. Descriptions savoureuses toujours dans le ton sans jamais perdre le fil de l’histoire. Contenu bien rédigé et dynamique.
Intrigue et mystère (l’auteure réussit à piquer notre curiosité), secrets, anecdocte sordide, humour, tragédie, éléments historiques…

Faites vous plaisir et choisissez de lire ce livre cet été… un vrai voyage dans le temps, une lecture passionnante.

Site du RÉCF

Les Éditions de la nouvelle plume
130-3850, rue Hillsdale
Régina, Saskatchewan
Canada S4S 7J5

Téléphone: (306) 352-7435
Télécopieur: (306) 585-1657

Courriel : françoise_sigur-cloutier@radio-canada.ca

Présidente: Joanne Bonneville.
Vice-présidente: Françoise Sigur-Cloutier.