Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Congrès mondial des professeurs de français
Atlanta, Géorgie, USA

Les représentants des Éditions de la Paix
seront présents au congrès mondial des professeurs de français.
Le Français : le défi de la diversité.

…..

La Grande Escogriffe,
d’après le roman de Monik Pouilloux,
Le Galet magique devient une pièce de théâtre

Pièce adaptée et jouée par le théâtre Le Funambule

ENJEUX DANS LA GRANDE ESCOGRIFFE

La grande Escogriffe explore la turbulence des sentiments de rejet, de colère et d’envie qui laissent désemparés face à la vie.

Qu’est-ce qui nous pousse à grandir ? Et si la résolution de la crise identitaire passait par un changement de notre perception du quotidien ? Voilà donc les principaux thèmes abordés.

C’est avant tout le personnage de Marine qui m’a séduit. La soif d’absolu, la permission de revendiquer, puis d’évoluer que lui a donné l’auteur m’ont tout de suite profondément touchée.

Elle relance en quelque sorte une réflexion qui m’est chère : « Qu’il suffise de nommer les choses pour leur donner une existence certaine, ou du moins, une certaine existence. »

Le personnage de Marine, son amour de la nature, sa fuite vers l’imaginaire, l’univers ludique qu’a insufflé Monik Pouilloux à son roman et les nombreuses références explicites et implicites à d’autres œuvres de la littérature que contiennent son livre, ont jeté les bases de mon travail d’adaptation.

SYNOPSIS DE LA PIÈCE LA GRANDE ESCOGRIFFE

Nous sommes dans un vaste atelier où quatre artisans créent, à partir d’œuvres littéraires, de gigantesques toiles. Chaque jour, ils accouchent d’un « objet artistique » inspiré d’un livre : hier ils ont travaillé sur Jeanne d’Arc, aujourd’hui c’est le tour du roman de Monik Pouilloux : Le Galet magique. En chœur ils lisent, interprètent, commentent l’œuvre et imperceptiblement la mise en scène du roman et de son adaptation surgissent. Les artisans deviennent les choreutes d’une histoire qu’on s’amuse à modifier comme le font naturellement les enfants qui s’approprient les histoires déjà existantes et les modèlent à leurs façons.

Aujourd’hui, on a décidé de raconter l’histoire de Marine :

Marine est très en colère depuis le jour où elle sent qu’elle a perdu sa place : les changements qui surviennent dans sa vie sont très difficiles à accepter pour elle et elle en veut au monde entier, souhaite être ailleurs, vivre une autre vie ou même vivre dans un autre monde que le sien… Mais voilà que son vœu est exaucé, car elle se retrouve dans une nouvelle dimension : « la vie n’est pas ce à quoi elle ressemble, loin de là : elle n’est pas faite des mots que nous utilisons, elle coule au-dessus, en dessous, ou en travers de ce que nous nommons. La vie n’est pas que celle de tous les jours avec son cortèges de frustrations, de colères, d’inégalités, de misère, de famines et de guerres… C’est une construction mouvante. »

Une fois que la colère s’apaise, on découvre que quelque chose d’autre existe…

Source :

Viateur Lefrançois
Les Éditions de la Paix