Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Les Éditions David sont très fières d’annoncer que deux de leurs auteurs sont finalistes du Prix littéraire du Gouverneur général (2008) dans la catégorie Poésie, soit Michel Pleau pour La lenteur du monde et Michel A. Thérien, pour Du vertige et de l’espoir. Carnets africains.

Auteur bien connu de la région d’Ottawa, Michel A. Thérien consacre, depuis bientôt dix ans, presque tout son temps à la poésie.

Son sixième recueil, Du vertige et de l’espoir, contient des carnets africains qui se déploient comme des mots taillés dans la pierre. Ce qui sourd de cette poétique, à chaque tournant de page, est l’inexorable beauté, le sang de l’espoir, comme un soleil couchant dans l’émergence du continent.

« Cet espoir sous-jacent qui fonde ces textes relève de l’exploit en ces temps où la barbarie semble s’acharner sur tous ces peuples démunis. » (Hugues Corriveau, Le Devoir)

« Du vertige et de l’espoir […] porte en lui une dignité peu commune dans la poésie contemporaine. […] D’un auteur, qui d’un livre à l’autre bâtit une oeuvre , voici donc une pierre fort solide dans une architecture littéraire riche et spirituelle. » (Laurent Poliquin, Liaison)

« Dans une langue limpide, Michel A. Thérien, avec Du vertige et de l’espoir, nous convie non seulement à un voyage initiatique vers sa mythique Afrique, mais nous parle aussi, en écho à Senghor et à Césaire, de l’Harmattan et du métissage. Et s’il prend parfois des airs de musicien, c’est pour nous chanter l’ivresse des promesses de l’humanité. » (Communiqué des finalistes des Prix littéraires du GG)

Originaire du quartier Saint-Sauveur, à Québec, Michel Pleau consacre sa vie à la poésie.

Depuis 1992, il a publié une douzaine de recueils, dont certains ont été récompensés par les prix Alphonse-Piché, Octave-Crémazie et Félix-Antoine Savard.

La lenteur du monde est une plongée dans l’enfance, les souvenirs et les amours, autant de préludes à l’essentielle rencontre de soi où le poète apprend à voir la lumière du monde.

« Ne cherchez pas ici d’émotions fortes, tout n’est que douceur comme si de cette douceur élue devait se révéler progressivement ce que nous demandons à la vie : sens et équilibre. » (Rachel Leclerc, Lettres québécoises)

« La lenteur du monde, un recueil dépouillé et teinté d’une grande maturité. […] On se laisse facilement pénétrer par les images de clarté, ainsi que par cette tranquillité féconde sans cesse entretenue au fil des pages. » (Blaise Gaulin, Québec français)

« Avec La lenteur du monde, Michel Pleau nous invite à une célébration du merveilleux. Ce recueil empreint de nostalgie réveille en nous, tout en douceur, les gestes simples propres à l’enfance. A l’écoute des mondes, il nous invite à un retour vers l’essentiel, les éléments naturels, la fraîcheur et la lumière pour magnifier la beauté de l’univers. » (Communiqué des finalistes des Prix littéraires du GG)

L’annonce des lauréats se fera lors d’une conférence de presse qui se déroulera à Montréal, le mardi 18 novembre, à 10 h.

La remise des prix aura lieu à Rideau Hall, résidence de la gouverneure générale du Canada, à Ottawa, le mercredi 10 décembre, à 18 h.

Du vertige et de l’espoir. Carnets africains

La lenteur du monde

LES ÉDITIONS DAVID