Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Entretien avec Carole Forget, auteure de
La nudité ne dévoile pas une femme émue

En quelques mots, comment présenteriez-vous votre livre ?

Au terme d’une relation amoureuse, je me suis questionnée sur les différents signes de confirmation que l’on attend de sa présence auprès de l’autre. Un état de fragilité nous amène à chercher des signes non seulement dans le regard de l’être aimé, mais aussi dans le regard des autres, dans les photographies, dans les détails qui nous entourent. C’est notre rapport à l’extérieur, qui est transformé, nous cherchons des points d’orientation pour nous déplacer. La photographie, le regard et l’image en général, participent ici à ma réflexion, comme dans mon livre précédent. Ils agissent comme une véritable épreuve de ce que l’on voit et ce que l’on vit.

Avez-vous construit votre recueil d’une façon particulière ?

Il y a une avancée de la réflexion et de l’émotion amoureuse au fil des différentes parties du livre. Au terme de la relation, la femme est appelée à répondre à une voix intérieure qui fait le bilan, un retour sur soi.

Qu’est-ce qui vous a poussée à écrire cet ouvrage ?

Une volonté de comprendre la force du non-dit et spécialement du regard de l’Autre dans la construction de ce que je suis, et dans la définition de toute relation avec l’être aimé. Le regard est le sens qui me permet de sortir de moi pour ne pas me perdre et d’aller vérifier où en est la réalité mouvante et fragmentaire. Il faisait aussi l’objet de la réflexion de mon précédent livre. Ce livre-ci se situe dans cette continuité, mais sous l’angle plus émotif de l’amour.

Quels sont les écrivains et les œuvres qui ont le plus influencé votre travail ?

André Roy, Nicole Brossard, Bernard Noël, André du Bouchet, Israël Eliraz, et plus récemment Antoine Émaz et Nathalie Stephens sont parmi les auteurs qui m’ont le plus touchée.

Est-ce que vous avez des sources d’inspiration particulières ? Lesquelles ?

L’écriture est pour moi une tentative de lucidité, une volonté de rejoindre le réel et de voir clair. Je n’écris pas pour m’enfouir dans le rêve. L’art visuel et le lieu (le territoire comme ancrage identitaire) sont mes principaux éléments déclencheurs. Ils offrent des espaces de réflexion sur ma présence au monde.

Avez-vous des rituels d’écriture ? Lesquels ?

J’écris le matin et le soir, entre ces périodes je marche beaucoup dans Montréal, une ville que j’habite et qui m’habite.

Quels sont vos projets ?

Écrire.

LA NUDITÉ NE DÉVOILE PAS UNE FEMME ÉMUE
Carole Forget
LES ÉDITIONS HEXAGONE
Collection : L’appel des mots
2008 – 80 pages – 14,95$

La nudité ne dévoile pas une femme émue

Découvrez tous les titres publiés chez cet éditeur :

LES ÉDITIONS L’HEXAGONE