Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

En quelques lignes, comment résumeriez-vous votre livre ?

Ce livre se fonde, comme les précédents, sur les différentes variantes du sentiment amoureux, et sur les dimensions de la fusion entre deux personnes. Ainsi, de l’érotisme cru à l’émotion la plus fragile, le lecteur est souvent témoin d’une espèce de chemin de croix du cœur, allant de la notion de perte à celle de rédemption.

En quoi se distingue-t-il si on le compare à d’autres livres traitant du même sujet ?

Une importance particulière est accordée à la construction du recueil. Il est divisé en trois parties, selon une suite logique dont on remarque une mise en situation initiale, un crescendo et un apogée. De plus, la rythmique trouve sa particularité dans ce souffle qui allie la lenteur du blues à l’instantanéité du haïku. Enfin, l’utilisation de la métaphore, quoiqu’épurée, ne donne jamais dans l’hermétisme, mais vise plutôt une évocation la plus directe et la plus claire possible.

Quels sont vos rituels d’écriture ?

Habitude particulière, c’est frais rasé que j’écris, ayant en horreur le sempiternel cliché du vieil écrivain barbu… Plus sérieusement, la présence de musique m’est nécessaire pour créer. Elle me permet d’entrer plus directement en contact avec le texte afin d’en travailler la forme et l’organisation selon le plus d’angles possible. Elle me permet également d’atteindre plus facilement l’état d’âme propre à chaque poème. Ainsi, il n’est pas rare, pendant une séance d’écriture, que mon vieux magnétophone diffuse dans la cuisine, où est improvisé mon bureau, des airs allant de ceux, feutrés, de Billie Holiday à ceux, vitrioliques, des New York Dolls…

Quels sont les écrivains et les œuvres qui vous ont le plus marqué ?

En premier lieu, j’ai été influencé par les poètes de la contre-culture, notamment Denis Vanier et Lucien Francoeur. Gérald Godin y a été aussi pour beaucoup dans ma venue à l’écriture. Mais, curieusement, des écrivains d’autres disciplines littéraires ont également eu une grande importance pour moi. Parmi ceux-ci, je pourrais citer les romanciers et hommes de théâtre Sam Shepard et Tennessee Williams, de même que des écrivains tels Raymond Carver et Jim Harrisson.

Qu’est-ce qui vous passionne ?

À part ma nouvelle amoureuse ? Me retrouver entre amis, autour de quelques bières ou d’une table de billard à discuter poésie et à refaire le monde.

Quels sont vos projets à venir ?

Mener à terme le dernier segment de ma trilogie Les grandes remises de peine, et peut-être élaborer un projet de performance littéraire avec un ou deux musiciens.

LES ABATTOIRS DE LA GRÂCE
Fernand Durepos
LES ÉDITIONS DE L’HEXAGONE
Collection : L’appel des mots
2006 – 72 pages – 14,95$

LES ÉDITIONS DE L’HEXAGONE