Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

jeanluchetu

 

Comment présenteriez-vous votre livre ?

Alors que je donnais des cours sur la psychologie du vieillissement, j’ai constaté que mes étudiants n’avaient ni le temps ni une connaissance suffisante de l’anglais pour se rendre dans les bibliothèques spécialisées de l’Université de Montréal pour y faire les lectures pertinentes au cours.

L’idée m’est donc venue d’aller recueillir sur place toute la documentation portant sur les modèles du vieillissement réussi et sur les nombreuses recherches reliées à ces modèles ou théories.

Comme je voulais un livre à la fois facile d’accès et utile, j’y ai inclus n’innombrables exemples et enjeux pour l’intervention. C’est ce qui m’amène à dire que ce petit volume s’adresse non seulement à des intervenants ou futurs intervenants, mais à toute personne susceptible de vieillir un jour…

 

Avez-vous une anecdote ou une histoire particulière liée à l’écriture de votre livre ?

Lors de la parution des deux premières éditions de ce volume (1988 et 1992), je devais me rendre dans les bibliothèques de l’Université de Montréal, me promener dans les rayons, en sortir des piles de périodiques spécialisés, dépouiller les tables de matières puis faire la file devant les photocopieuses pour revenir chez moi avec mon précieux butin.

Aujourd’hui, je reste tranquillement chez moi et j’ai accès par internet à tous ces périodiques, de même qu’à une quantité d’autre documents mis gratuitement en ligne par leurs auteurs. Merveille de la technologie!

 

Quels sont les écrivains et les œuvres qui ont le plus influencé votre travail ?

J’ai énormément de respect et de gratitude pour les chercheurs qui ont consacré toute leur carrière à étudier des questions vitales comme l’évolution de la personnalité avec le temps, le phénomène du deuil et ses défis…

 

Avez-vous des rituels d’écriture ? Lesquels ?

Tous les matins, je m’installe devant mon ordi avec mon café sur sa plaque chauffante et un cd de musique classique qui joue en sourdine. Jusqu’au diner, je connais alors les trois heures les plus gratifiantes de ma journée.

 

En conclusion

Je termine mon volume en offrant au lecteur cette magnifique image que le philosophe Bertrand Russell utilise pour camper la trajectoire humaine (1956, Portraits from memory, New York, Simon and Schuster, p. 52-53) :

 

Une vie humaine devrait être comme une rivière.

Petite au début,

Étroitement enserrée entres ses rives,

Et s’élançant avec passion

Au-delà des rochers et des chutes.

Graduellement, la rivière devient plus large,

Les rivages s’éloignent,

Les eaux coulent plus doucement.

Et à la fin, sans aucune rupture visible,

Ces eaux se fondent dans la mer.

psychologieduvieillissement

PSYCHOLOGIE DU VIEILLISSEMENT

COMPRENDRE POUR INTERVENIR

Jean-Luc Hétu

GROUPÉDITIONS ÉDITEURS

Collection Cursus universitaire

2016 – 248 pages – 39,95$

MA CHRONIQUE

GROUPÉDITIONS ÉDITEUR