Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique spectacles ->

ÉRIC LONGSWORTH OU LE VIOLONCELLE RÉINVENTÉ

En spectacle, seul sur scène, Éric Longsworth va d’une pièce musicale à l’autre, entraînant le public dans ses aventures.

Il a troqué la tradition classique du violoncelle joué assis pour les nouvelles sonorités et la liberté du violoncelle joué debout.

Son style novateur doit ses couleurs à son sens aigu du rythme, du groove et des harmonies du jazz, et intègre de multiples influences dont le blues, le country et le tango.

Inspiré de son premier album solo, I Hear You, le violoncelliste dessine un monde unique où l’itinéraire se trace au gré des émotions.

Sa musique coule comme une rivière et le vibrato de son instrument contribue à créer un environnement sonore presque palpable, d’autant plus que l’artiste n’hésite pas à produire des sons à l’aide d’objets bien loin de l’archet, un crayon par exemple, ou en martelant la caisse de ses doigts.

Le musicien frotte, pince, frappe les cordes et, à chaque note, il laisse voir et entendre sa virtuosité et sa sensibilité.

Il nous offre une œuvre à la fois intime et audacieuse.

Il raconte ses histoires, tel un conteur… Enfin de la musique qui se raconte!

Le grand maître du violoncelle électrique, Éric Longsworth, à voir et à entendre absolument

le samedi 26 février à 20 h
à la salle du Moulin neuf de l’Île-des-Moulins.
Coût 10 $ (incluant une bière).
Présenté par la Société de développement culturel de Terrebonne
http://www.moulinternet.qc.ca