Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Les films sur la Première Guerre mondiale se comptent aujourd’hui par dizaines.

En 2005, on a pu apprécier Joyeux Noël de Christian Carion qui racontait la trêve qui avait eu lieu le jour de Noël 1914 entre les Allemands et les Alliés.

Dans les films, les « Alliés » dont il est question sont souvent les Anglais, les Français et les Russes.

On a rarement l’occasion d’en savoir plus sur les Canadiens français qui ont pourtant été nombreux à aller se battre au front.

Dans ces oeuvres de fiction, on parle encore moins souvent de l’impact qu’a eu la guerre sur le Québec et de l’onde de choc qu’a provoquée la conscription.

C’est ce qui fait toute l’originalité du nouveau roman de Jean Mohsen Fahmy, Frères ennemis, qui nous permet de vivre intensément toute cette période.

L’auteur nous fait littéralement entrer dans l’univers du Québec au moment de la Première Guerre mondiale.

Et c’est à travers le destin de ses héros romanesques qu’il ressuscite les crises qui ont secoué la province à cette époque.

Nous vivons l’histoire de ce roman au travers de la famille Couture, des bourgeois de Montréal dont les fils, Armand et Lionel, sont jumeaux.

L’un, Armand, gravira rapidement les échelons au journal Le Devoir après avoir fait la connaissance d’Henri Bourassa, et l’autre, Lionel, décidera de s’enrôler dès 1914 comme simple soldat dans le 22e bataillon canadien français.

Le lien qui unit ces frères depuis l’enfance sera fragilisé à l’arrivée de Justine, une jeune femme rencontrée par hasard dans les rues de la ville et qui deviendra vite leur complice à tous les deux.

C’est cependant la décision d’Armand de ne pas aller à la guerre, laissant Lionel partir seul, qui brisera cette belle harmonie.

Les chapitres du roman présentent en alternance la vie de l’un et de l’autre, nous amenant de Montréal, alors le théâtre de manifestations contre l’enrôlement obligatoire, à l’Europe éprouvée par les atrocités de la guerre et la vie dans les tranchées boueuses et immondes.

On y suivra un combat entre frères où tensions et souffrances dues à une période historique difficile laissent entrevoir en filigrane l’émergence d’un Québec nouveau.

Jean Mohsen Fahmy, originaire du Caire, en Égypte, a choisi d’écrire sur cette période qui le fascine en y disséquant les moindres détails et en s’intéressant particulièrement à la crise de la conscription.

Avec Frères ennemis l’auteur va au-delà d’une simple reconstitution des faits, il bouscule, à notre grand plaisir, un certain nombre d’idées reçues sur cette époque.

L’AUTEUR : JEAN MOHSEN FAHMY

Né au Caire, en Égypte, en 1942, Jean Mohsen Fahmy habite aujourd’hui à Orléans en Ontario. Il a obtenu une licence en lettres de l’Université du Caire, un brevet en psychopédagogie de l’Université du Québec à Montréal, une maîtrise en lettres françaises de l’Université de Montréal et
un doctorat en littérature et linguistique de l’Université McGill.

On lui doit déjà Amina et le mamelouk blanc (1998), Ibn Khaldoun – L’honneur et la disgrâce (2002) et L’agonie des dieux (2005), publiés aux Éditions
L’Interligne.

Il a également publié des romans jeunesse, ainsi que des essais littéraires, notamment sur Voltaire et Rousseau.

Avec Frères ennemis, l’auteur signe un roman qui, tout en abordant une époque peu traitée de l’histoire du Québec, saura toucher un très grand nombre de lecteurs.

FRÈRES ENNEMIS
Jean Mohsen Fahmy
VLB ÉDITEUR
Collection Roman
2009 – 428 pages – 27,95$

Partez à la découverte de tous les auteurs publiés chez cet éditeur :

VLB ÉDITEUR

Titres de cet éditeur présentés chez Planète Québec en 2009 dans la catégorie « Auteurs étranger Littérature, essai et document » :

Frères ennemis

Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Les films sur la Première Guerre mondiale se comptent aujourd’hui par dizaines.

En 2005, on a pu apprécier Joyeux Noël de Christian Carion qui racontait la trêve qui avait eu lieu le jour de Noël 1914 entre les Allemands et les Alliés.

Dans les films, les « Alliés » dont il est question sont souvent les Anglais, les Français et les Russes.

On a rarement l’occasion d’en savoir plus sur les Canadiens français qui ont pourtant été nombreux à aller se battre au front.

Dans ces oeuvres de fiction, on parle encore moins souvent de l’impact qu’a eu la guerre sur le Québec et de l’onde de choc qu’a provoquée la conscription.

C’est ce qui fait toute l’originalité du nouveau roman de Jean Mohsen Fahmy, Frères ennemis, qui nous permet de vivre intensément toute cette période.

L’auteur nous fait littéralement entrer dans l’univers du Québec au moment de la Première Guerre mondiale.

Et c’est à travers le destin de ses héros romanesques qu’il ressuscite les crises qui ont secoué la province à cette époque.

Nous vivons l’histoire de ce roman au travers de la famille Couture, des bourgeois de Montréal dont les fils, Armand et Lionel, sont jumeaux.

L’un, Armand, gravira rapidement les échelons au journal Le Devoir après avoir fait la connaissance d’Henri Bourassa, et l’autre, Lionel, décidera de s’enrôler dès 1914 comme simple soldat dans le 22e bataillon canadien français.

Le lien qui unit ces frères depuis l’enfance sera fragilisé à l’arrivée de Justine, une jeune femme rencontrée par hasard dans les rues de la ville et qui deviendra vite leur complice à tous les deux.

C’est cependant la décision d’Armand de ne pas aller à la guerre, laissant Lionel partir seul, qui brisera cette belle harmonie.

Les chapitres du roman présentent en alternance la vie de l’un et de l’autre, nous amenant de Montréal, alors le théâtre de manifestations contre l’enrôlement obligatoire, à l’Europe éprouvée par les atrocités de la guerre et la vie dans les tranchées boueuses et immondes.

On y suivra un combat entre frères où tensions et souffrances dues à une période historique difficile laissent entrevoir en filigrane l’émergence d’un Québec nouveau.

Jean Mohsen Fahmy, originaire du Caire, en Égypte, a choisi d’écrire sur cette période qui le fascine en y disséquant les moindres détails et en s’intéressant particulièrement à la crise de la conscription.

Avec Frères ennemis l’auteur va au-delà d’une simple reconstitution des faits, il bouscule, à notre grand plaisir, un certain nombre d’idées reçues sur cette époque.

L’AUTEUR : JEAN MOHSEN FAHMY

Né au Caire, en Égypte, en 1942, Jean Mohsen Fahmy habite aujourd’hui à Orléans en Ontario. Il a obtenu une licence en lettres de l’Université du Caire, un brevet en psychopédagogie de l’Université du Québec à Montréal, une maîtrise en lettres françaises de l’Université de Montréal et
un doctorat en littérature et linguistique de l’Université McGill.

On lui doit déjà Amina et le mamelouk blanc (1998), Ibn Khaldoun – L’honneur et la disgrâce (2002) et L’agonie des dieux (2005), publiés aux Éditions
L’Interligne.

Il a également publié des romans jeunesse, ainsi que des essais littéraires, notamment sur Voltaire et Rousseau.

Avec Frères ennemis, l’auteur signe un roman qui, tout en abordant une époque peu traitée de l’histoire du Québec, saura toucher un très grand nombre de lecteurs.

FRÈRES ENNEMIS
Jean Mohsen Fahmy
VLB ÉDITEUR
Collection Roman
2009 – 428 pages – 27,95$

Partez à la découverte de tous les auteurs publiés chez cet éditeur :

VLB ÉDITEUR

Titres de cet éditeur présentés chez Planète Québec en 2009 dans la catégorie « Auteurs étranger Littérature, essai et document » :

Frères ennemis