Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Georges Chaulet, le papa de Fantômette, la célèbre héroïne aux 15 millions d’exemplaires vendus, est décédé le 13 octobre 2012 à l’âge de 81 ans.

La justicière masquée au collant noir et à la tunique jaune qui a bercé des générations entières de lecteurs et de lectrices est désormais orpheline.

Éternel fantaisiste à l’œil malicieux, Georges Chaulet était, depuis plus de 50 ans, l’un des piliers de la célèbre collection BIBLIOTHEQUE ROSE.

Avec ses enquêtes à la Arsène Lupin, ses scénarii sans faille et un ton unique, il avait offert à Fantômette le rôle de sa vie : celui d’une super-héroïne qui aura conquis le cœur de milliers de lecteurs.

À l’image de son héroïne, Georges Chaulet faisait preuve d’une imagination sans limite, et d’un ton toujours enjoué, il illuminait la vie et ses romans de calembours, farces et autres inventions jubilatoires.

Créateur d’avant-garde, féministe avant l’heure, il avait fait naître l’un des premiers rôles féminins actif, intelligent et autonome de la littérature jeunesse.

Pourtant Georges Chaulet était avant tout un homme discret et exigeant, travaillant sans relâche sur sa machine à écrire.

Il aimait aller à la rencontre de ses lecteurs, comme il le faisait tous les ans au Salon de Montreuil, puis partir sur la pointe des pieds, une boussole à la main pour retrouver sa voiture.

« Mille pompons », Monsieur Georges Chaulet, vous allez nous manquer !

L’équipe de la Bibliothèque Rose est aujourd’hui très émue de sa disparition.

Né en 1931 à Paris, Georges a 4 ans lorsque sa famille s’installe au Caire. Un an plus tard, sa famille élit domicile à Antony, en région parisienne. C’est à l’âge de 15 ou 16 ans qu’il se met à écrire ses premiers romans. « Entre deux cours de maths […] des romans style série noire, forts àla mode. » Une fois son bac en poche, il s’inscrit à l’école des Beaux Arts de Paris, mais en 1952, il part faire son service militaire en Allemagne. Son rejet absolu de l’autorité transforme son séjour en cauchemar. Il se réfugie alors dans l’écriture et décide d’en faire son métier. En 1957, il publie le premier tome de la série Les 4 As aux éditions Casterman avant de donner le jour à Fantômette en 1961.

52 titres plus tard, le succès est toujours au rendez-vous.