Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->

« La littérature va-t-elle à contretemps de l’Histoire ? Prend-elle le contre-pied du temps qui passe ? Fait-elle contrepoids à la pesanteur de l’Âge, qui entraîne la chute comme le progrès, le plus haut destin comme le pire déclin ? Est-elle ce contre-courant qui donne au cours des choses son aspect fluctuant, tumultueux, tourbillonnaire ? »

Pierre Ouellet aborde ces questions en énonçant diverses équations entre l’Histoire, le temps et la littérature.

Dans Hors-temps, il affirme que la littérature dépasse et devance l’histoire puisqu’elle annonce les grands cataclysmes de notre temps.

Elle nous permettrait également d’emprunter le temps qui aujourd’hui nous manque, parce qu’elle l’a misé auprès de ce qu’on appelle l’éternité, ce hors-temps rêvé où l’on se réfugie pour fuir la nécessité.

Tous les auteurs dont je parle ici – des poètes de Tel Quel à ceux du Quartanier, de László Krasznahorkai et Antoine Volodine à Normand de Bellefeuille et Emmanuel Laugier en passant par Gaston Miron, Nicole Brossard, Andrée A. Michaud, Jean-Pierre Girard et plusieurs autres en Europe ou sur ce continent – marquent à leur façon le « commencement de la fin » que Valéry annonce depuis près d’un siècle : ils conjuguent l’histoire à un autre temps que celui dans lequel on voit normalement les faits s’écouler, depuis leur naissance jusqu’à leur mort dans un oubli généralisé.

L’AUTEUR :

PIERRE OUELLET, poète, romancier et essayiste est professeur titulaire au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal, où il est responsable de la Chaire de recherche du Canada en esthétique et poétique.

Il a publié une trentaine d’ouvrages parmi lesquels plusieurs essais dont À force de voir. Histoires de regard (Éditions du Noroît, 2005) pour lequel il a reçu, en 2006, le Prix du Gouverneur général. Il a également fait paraître plusieurs recueils de poésie, entre autres Dépositions (Éditions du Noroît), qui lui a valu, en 2007, le Grand Prix Quebecor du Festival international de la poésie de Trois-Rivières. Avec Légende dorée (L’instant même, 1997), un de ses cinq romans, il a remporté le prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec en 1998.

HORS-TEMPS.
POÉTIQUE DE LA POSTHISTOIRE
Pierre Ouellet
VLB ÉDITEUR
Collection Le soi et l’autre
2008 – 384 pages – 29,95$

VLB ÉDITEUR

Titres de la collection Le Soi et l’Autre:

Politique de la parole. Singularité et communauté

Poésie, terre d’exil. Autour de Salah Stétié

L’esprit migrateur. Essai sur le non-sens commun

L’engagement de la parole. Politique du poème

Objets du monde. Archives du vivant

LE TREMBLÉ DE SENS. Apostille aux Inventés

UNE POLITIQUE DE LA DOULEUR. Pour résister à notre anéantissement

LE DIALOGUE ENFOUI. Exercices de solitude

L’OEIL ALLUMÉ. Contes de la colère triste

CYBERMIGRANCES. Traversées fugitives

FRONTALITÉS – Censure et provocation dans la photographie contemporaire

BRACONNAGES IDENTITAIRE. Un Québec palimpseste

LE CHANT DES PAROXYSMES, suivi de La Nukaï

LA LITTÉRATURE EN PUISSANCE. Autour de Giorgio Agamben

PAROXYSMES. La parole hyperbolique

L’ÉPARS ET LE CONTINU. Rebonds critiques III

QUEL AUTRE ? L’altérité en question

PUISSANCES DU VERBE. Écriture et chamanisme

DÉFENSE ET ILLUSTRATION DU POST-EXOTISME en vingt leçons avec Antoine Volodine

HORS-TEMPS. Poétique de la posthistoire

La collection « Le soi et l’autre » est dirigée par Pierre Ouellet (UQAM). Elle a publié des ouvrages portant sur les formes d’expression littéraires, artistiques et historiques qui mettaient en question l’identité individuelle et collective à travers les modes d’énonciation de la mémoire, de la perception et de l’imagination.