Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Auteurs québécois - Adultes/Ados ->

 

jadorerome

 

Au grand bonheur des fans de la série J’adore d’Isabelle Laflèche, J’adore Rome, dont un aperçu nous avait été offert sous forme de nouvelle (en format numérique seulement), devient aujourd’hui roman.

 

Après s’être expatriée à New York le temps de comprendre que ses passions s’avéraient plus fortes que son ambition, être tombée amoureuse d’Antoine, puis être revenue à Paris pour réaliser son rêve de travailler chez Dior, Catherine Lambert se retrouve désormais à Rome pour un week-end qui prendra des allures d’enquête rocambolesque.

En effet, alors qu’elle croyait se rendre dans la capitale italienne pour un week-end en amoureux, elle se voit plutôt mêlée à une nouvelle affaire de contrefaçon qu’elle devra dénouer avec l’aide de Rikash, son assistant et indéfectible allié.

Quelle idée, que d’avoir offert leur aide à une inconnue rencontrée au hasard d’une séance de shopping !

Il faut dire que l’extravagante Graziella pourrait leur ouvrir bien des portes de la scène locale de la mode…

Au fil de leur enquête sur les bas faussement étiquetés de leur nouvelle amie, l’équipe de Dior goûtera au meilleur de la mode italienne, mais, surtout, ira de découverte sombre en découverte sombre sur les coûts réels de la mode à bas prix.

 

« Je me plais à imaginer la personne à qui a pu appartenir un vêtement vintage, espérant qu’une séduisante actrice ou tentatrice l’ait porté tout en flirtant sans retenue devant un verre de chianti, et qu’elle l’ait ensuite ôté à la hâte, portée par un élan passionné. SOUPIR. C’est ce qu’on appelle vivre par procuration à travers son imagination débordante.»

 

J’ADORE LA MODE… MAIS PAS À TOUT PRIX !
À l’instar de son héroïne, Isabelle Laflèche se montre sensible à l’exploitation des travailleurs du textile dans certains pays. De même, elle s’inquiète de l’importation et de la consommation de tonnes de vêtements à bas prix, fabriqués un peu partout dans le monde par des multinationales qui ne se soucient guère de l’environnement.
Ce troisième roman, nous fait certes voyager au pays d’Armani, de Prada et de Dolce & Gabbana, mais il lève aussi le voile sur un côté beaucoup moins rose de l’industrie du vêtement. Isabelle Laflèche y amène son héroïne sur des pistes qui susciteront bien des réflexions. Entre les viennoiseries, les cafés corsés et le bon vin, l’exploitation d’ouvriers, l’usage de matériaux bas de gamme et les réseaux mafieux seront au rendez-vous.

 

L’AUTEURE :isabellelafleche

ISABELLE LAFLÈCHE a travaillé pendant dix ans comme avocate à Montréal, Toronto et New York. Passionnée depuis toujours par la mode et inspirée par ses propres expériences, elle signait en 2010 son premier roman, J’adore New York, un succès de librairie traduit dans plusieurs pays. Après nous avoir fait découvrir l’envers du décor de l’univers scintillant de la haute couture avec J’adore Paris, l’auteure poursuit sa série enlevante avec ce nouveau tome, tourné cette fois vers les enjeux éthiques entourant la mode à bas prix

 

TITRES DE L’AUTEURE PARUS CHEZ CET ÉDITEUR

 

J’ADORE ROME

Isabelle Laflèche

Traduction Michel Saint-Germain

et Caroline LaRue

LES ÉDITIONS QUÉBEC AMÉRIQUE

Collection Tous continents

2016 – 448 pages – 26,95$

Version numérique 17,99$

 

Découvrez tous les titres publiés chez cet éditeur

LES ÉDITIONS QUÉBEC AMÉRIQUE