Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique santé, sexualité et sport ->

En 1999, Carnie Wilson pesait 136 kilos.

Chômeuse et déprimée, elle se faisait dire par son médecin qu’elle n’atteindrait probablement pas 40 ans.

En désespoir de cause, elle a opté pour un by-pass gastrique.

Après la chirurgie, elle a décidé de tout mettre en oeuvre pour se refaire un corps et une vie.

Son best-seller Gut Feelings est un compte rendu émouvant de sa démarche, qui en a inspiré plus d’un.

Dans J’ai toujours faim, Carnie reprend son histoire là où elle l’avait laissée.

Ce livre, sous forme de journal personnel, nous permet de suivre pas à pas sa progression vers un poids idéal et un meilleur équilibre psychologique.

Se rendre à 66 kilos constituait bien sûr un défi de taille, mais le plus dur restait à faire : Carnie devait combattre ses peurs et ses insécurités et, chemin faisant, découvrir une nouvelle sorte de force et de volonté.

Carnie poursuit en racontant comment elle a renoué avec son ancienne carrière de chanteuse et d’actrice hollywoodienne – ce qui n’a pas été une sinécure quand on sait que The National Enquirer l’espionnait constamment dans l’espoir de la surprendre un jour où elle avait l’air « grosse », et que certains fans l’avaient informée par courriel que le haut de ses bras paraissait encore flasque lors de son passage à Entertainment Tonight.

En prime, Carnie nous livre un compte rendu détaillé de ses séances de pose pour le magazine Playboy, y compris des réflexions du genre « Devrais-je déjeuner avant de poser nue ? » ou « D’Habitude, la tartinade, je la mange, on ne m’en enduit pas le corps ! ».

Elle évoque également les circonstances qui ont favorisé le retour tant attendu sur la scène musicale du groupe Wilson Phillips.

Elle explique comment elle a retrouvé l’harmonie dans ses rapports avec sa soeur Wendy et la chanteuse Chynna Phillips, sa compagne de scène.

La dernière partie du livre est consacrée au programme d’amaigrissement que Carnie met encore en pratique pour rester mince – et qui peut aider toute personne désireuse de manger sainement, qu’elle ait subi ou non une chirurgie de l’obésité.

Cependant, Carnie souligne ne pas être au bout de ses peines ; elle avoue être restée sur sa faim et avoir encore envie de connaissances, d’amour, d’acceptation et… oui, d’un ou deux carrés de chocolat.

L’AUTEURE :

CARNIE WILSON est auteure, actrice, interprète de voix hors champ, chanteuse et motivatrice. Elle vit présentement à Los Angeles. En plus de diriger son propre groupe de soutien pour personnes obèses sur le site SPOTLIGHTHEALTH, elle donne chaque mois des conférences dans les hôpitaux, devant de nombreuses personnes venues l’écouter parler de son parcours personnel et des méfaits de l’obésité morbide.

J’AI TOUJOURS FAIM
(I’m still hungry)
Carnie Wilson avec Cindy Pearlman
Traduction : Diane Thivierge
LES ÉDITIONS ADA
2004 – 256 pages – 19,95$

LES ÉDITIONS ADA