Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Psychologie et spiritualité ->

Dans son ouvrage, l’auteur initie une jeune correspondante de 17 ans à cette notion de crainte amoureuse de Dieu, déjà révélée par les psaumes.

D’entrée de jeu est rappelée la béatitude promise à qui craint le Seigneur, une voie de bonheur qui n’a rien en commun avec la peur, mais tout à voir avec la déférence et la vénération.

Un bonheur, en lien avec le Seigneur, voilà le fruit de cette étrange «crainte», recommandée par toute la tradition, tant biblique que patristique ou monastique, et pourtant si difficile à proposer aujourd’hui.

Comme un chercheur qui s’attarde en des lieux désertés, Benoît Standaert met au jour en ces pages un trésor oublié, enfoui dans une terre dont on n’avait pas épuisé toute la richesse et qu’il fallait réapprendre à fouler en ayant ôté ses sandales.

L’AUTEUR :

BENOÎT STANDAERT, o.s.b., moine bénédictin de l’abbaye Saint-André à Bruges (Belgique, a enseigné l’Écriture sainte et la christologie à l’Institut de pastorale Gaudium et Spes du monastère de Bruges ; il a aussi été professeur du Nouveau Testament à Saint-Anselme (Rome) et a longtemps dirigé la revue de spiritualité Heiliging.

Depuis quelques années, il enseigne l’Écriture au Studium théologique inter-monastères (STIM) dans plusieurs monastères de France.

Il a déjà publié La prière chez cet éditeur.

LA CRAINTE DE DIEU
Benoît Standaert, osb
LES ÉDITIONS ANNE SIGIER
2006 – 170 pages – 19,95$ – 15 euros

LES ÉDITIONS ANNE SIGIER