Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Éditeurs du Canada français ->

La distance habitée
François Paré
Essai
Les Éditions Le Nordir
277 pages
25$

Éditions du Nordir
60, rue Université
Ottawa, Ontario
K1N 6N5
Le Nordir
Téléphone : (819) 243-1253 ou
Télécopieur : (819) 243-6201
Courriel : Le Nordir
Distributeur : Diffusion Prologue

En quatrième de couverture :
« Tenter de comprendre sur d’autres bases que celles de la résistance et de la lutte pour la survie collective la naissance et la disparition des identités culturelles et linguistiques, tel est donc le but central de cet ouvrage.

C’est ainsi que me sont apparus, au moment de je ne sais quelle lecture, les concepts opératoires, fondamentaux pour moi maintenant, de coonscience diasporale et d’itinérance qui, dans ce livre, permettent d’imaginer autrement, je l’espère, les cultures et les langues de l’exiguïté.

En tout cas, il faudra qu’il y ait un nouvel équilibre des perspectives qui pointe, comme le suggère Mourad Ali-Khodja, « vers la dynamique exogène qui préside aux savoirs minoritaires ».

La frontière y sera moins une ligne de démarcation, divisant le monde en deux ordres opposés, qu’une distance habitée, en lutte contre la mort, où, dans la densité des formes composites de la culture, se joueront la disparition et l’épiphanie de la différence. »

L’AUTEUR
François Paré est né en 1949 à Longueuil (Québec).

En 1992, il a publié Les Littératures de l’exiguïté, prix du Gouverneur général, traduit en anglais et en roumain; un essai majeur qui a modifié du tout au tout les analyses sur les petites littératures.

Il est aussi l’auteur de Théories de la fragilité, qui réunit des études sur les littératures franco-ontarienne et acadienne, et Traversées, un échange de lettres avec François Ouellet.

De 1977 à 2003, il a été professeur de langue et de littérature d’expression française à l’Université de Guelph (Ontario).

Depuis septembre 2003, il est directeur du Département d’études françaises de l’Université de Waterloo.
……………………………………………..

La Distance habitée est un essai brillant qui rend bien compte de l’extraordinaire capacité de résistance des cultures marginalisées. Le lecteur demeure frappé par la lucidité de la grande majorité des analyses, tant celles portant sur la réalité des cultures minoritaires, que celles, plus spécifiques, de leurs littératures. Il n’est guère étonnant que le livre ait remporté le prix Trillium en 2004.

Jean-Denis Côté