Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Auteurs québécois - Adultes/Ados ->

La Grande Tribu, Victor-Lévy Beaulieu l’annonce depuis 1973. Au fil des ans, il en a fait sept versions de mille pages qui n’ont jamais vu le jour parce que, même terminées, elles restaient toujours inachevées.

Une fois rendu dans ses grosseurs James Joyce, l’Irlande, le Québec, les mots, VLB a éprouvé l’urgence de revenir à La Grande Tribu.

Pourquoi ?

Dans ce Québec équivoque et incertain dans lequel on vit, peut-on inventer un personnage de roman qui soit totalisant, donc porteur à lui seul de ce qu’il y a dans l’idée de la race, de la nation et de la patrie, et qui soit, non un perdant, mais un gagnant ?

C’est ce à quoi se colletaille Habaquq Cauchon, le narrateur de La Grande Trubu, en fouillant si loin dans le passé qu’il découvre que ses ancêtres, avant leur venue en Kebek, étaient pour moitié hommes et pour moitié cochons, et que leur côté grotesque en a fait des hors-la-loi, des rebelles et des insoumis.

Après quatre cents ans dans le Nouveau Monde, que reste-t-il du corps et de la tête de cochon qu’on avait à l’origine ?

Et ce corps-là et cette tête-là de cochon peuvent-ils non seulement résister à toutes les répressions politiques, culturelles et sociales qu’on leur inflige, mais se renforcer au point de faire venir la révolution et de la porter jusqu’à la fraternité, l’égalité et la liberté ?

En interrogeant quelques-uns des grands libérateurs du XIXe siècle (Daniel O’Connell, Simon Bolivar, Louis-Joseph Papineau, Jules Michelet, Charles Chiniquy, Abraham Lincoln, Hong-Sieou-Tsuan dit Shang-Ti et Walt Whitman), en ayant pour compagnon ce gigantesque orignal épormyable que fut le poète Claude Gauvreau, Habaquq Cauchon se forge une identité telle qu’elle en devient souveraine à jamais par toute l’indépendance qui la porte enfin.

La Grande Tribu, c’est la faute à Papineau, 70e ouvrage à paraître sous la même signature, est l’aboutissement de quarante-cinq ans d’écriture et, sans aucun doute, l’oeuvre la plus étonnante et la plus dérangeante de Victor-Lévy Beaulieu.

LA GRANDE TRIBU
C’EST LA FAUTE À PAPINEAU
Victor-Lévy Beaulieu
LES ÉDITIONS TROIS-PISTOLES
2008 – 886 pages – 39,95$

Titres de VLB présentés chez Planète Québec :

Tome 25 / Cérémonial pour l’assassinat d’un ministre
Tome 34 / Seigneur Léon Tolstoï
Tome 37 / Docteur ferron / Pelerinage
Tome 40 / Monsieur de Voltaire
Tome 41 / Le pays de mon père
Tome 42 / Les racines de Bouscotte
Les contes québécois du grand-père forgeron à son petit-fils Bouscotte
Correspondances Ferron-Beaulieu
Le bleu du ciel
aBsalon-mOn-gArçon
James Joyce, L’Irlande, le Québec, les Mots
Neigenoire et les sept chiens
La grande tribu – C’est la faute à Papineau

Vous pouvez lire des commentaires sur le site :

LA VIGILE