Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Angéline, Lilith, Mélusine.

Trois prénoms, un seul personnage énigmatique, assoiffé d’envol et de créativité, qui vit au coeur d’une forêt, en symbiose avec la nature.

C’est en suivant une confrérie de corneilles en pleine tempête de neige que Beltran Aguilar, hybrideur de roses et ancien pianiste, rencontre la mystérieuse femme aux pas ailés, résurgence de la Mélusine mythique.

Au fil de la fascinante révélation de leurs origines, s’amorce entre ces deux solitudes aimantées une relation aussi improbable qu’espérée.

Artiste marginale, victime de préjugés, Mélusine est internée à la suite d’un délit étrange.

Forte des pouvoirs de l’imaginaire, la femme oiseau, ivre d’absolu, tentera de transformer les barreaux de sa cage en labyrinthe salvateur.

Après Depuis toujours, j’entendais la mer, couronné par plusieurs prix littéraires, Andrée Christensen signe ici une oeuvre riche et puissante, soutenue par une écriture maîtrisée qui exalte le rêve, l’amour et la liberté.

Ce roman intense, traversé par un souffle poétique aux accents mythiques, conduit subtilement le lecteur au coeur des forêts intérieures et l’amène à mettre en cause les
préjugés auxquels sont confrontés tant d’artistes et de marginaux.

Titres de l’auteure présentés chez Planète Québec :

Depuis toujours, j’entendais la mer Prix Émile-Ollivier 2008
Géologie de l’intime
La mémoire de l’aile

L’AUTEURE :

ANDRÉE CHRISTENSEN a publié une vingtaine de titres en poésie, roman, récit, incluant des traductions littéraires. Certains de ses ouvrages ont été traduits en anglais et en roumain. Son premier roman, Depuis toujours, j’entendais la mer, a remporté le Prix du livre d’Ottawa, le Prix
LeDroit, le Prix littéraire Émile-Ollivier et le Prix Christine-Dumitriu-Van-Saanen.
Elle a réalisé cinq livres d’artistes à partir de ses recueils de poèmes, en collaboration avec des artistes visuels de l’Ontario et du Québec.
Elle exprime aussi sa sensibilité dans l’art du collage et de la photographie, ainsi que dansl’aménagement d’un jardin poétique.

LA MÉMOIRE DE L’AILE
Andrée Christensen
LES ÉDITIONS DAVID
Collection Voix narratives
2010 – 382 pages – 24,95$

Parcourez le site de cet éditeur, vous y découvrirez de merveilleux auteurs :

LES ÉDITIONS DAVID

Titres chez cet éditeur présentés chez Planète Québec</b

Cloître d’octobre
L’Aïeule
Carnet du minuscule
La femme-homme
Un jardin en Espagne. Retour au Généralife
Ainsi parle le saigneur
Le tribunal parallèle
Depuis toujours, j’entendais la mer
Madame Iris et autres dérives de la raison
C’est fou ce que les gens peuvent perdre
Impostures. Le journal de Boris
L’eau de vie
La fille du concierge
Nomade
L’étonnant destin de René Plourde. Pionnier de la Nouvelle-France
R.I.P. – Histoires mourantes
178 secondes
Chambre 503
Arbres lumière – Haïkus + critique d’Uparathi
La lenteur du monde
Corps sauvage
Lueurs de l’aube
Tout ce blanc près de l’oeil
La patience des cerfs-volants suivi de Le bruissement des cendres
Entre les murs de la Baltique
La lenteur au bout de l’aile
Rêves inachevés
L’étreinte ne sera plus fugace
Nid de brindilles – Haïku
Percées de soleil – Haïku
Du vertige et de l’espoir. Carnets africains
Circatrices
Carpe Diem – Anthologie canadienne du Haïku
Sous la lampe-tempête
Toucher l’eau et le ciel
Sur le parvis des nuages
Marcher pieds nus sur nos disparitions
Cette lumière qui flotte – Haïku
La lune en mille gouttes
Terre de faïence
Lucarnes
Vers la lumière
Soudain l’étrangeté
Balade en Boréalie
Les fossoyeurs
Apocryphes du coeur
Murmures urbains
La mémoire de l’aile