Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Auteurs québécois - Adultes/Ados ->


Je suis rentrée depuis trois mois de mon séjour au cimetière des éléphants.

Bien sûr, au début, je ne disais pas le cimetière des éléphants. C’était une île, dans la mer bleue.

Je disais l’île fleurie, le paradis. Dans l’île, il y avait des fleurs toute l’année. Elles étaient de toutes les couleurs, le paysage, pour les yeux, était une fête. Elles se succédaient au rythme des saisons.

Je ne savais pas tous les noms, mais je reconnaissais les hibiscus, les oeillets, les pivoines. En été, celles qu’on appelait dames ou belles de la nuit, humbles et discrètes en apparence, et même quelconques, invisibles pendant la journée, mais qui dégageaient, la nuit, en bouffées soudaines qui enchantaient le promeneur, un si puissant parfum.

Je disais donc le paradis. Je m’émerveillais. Quelle chance nous avions de vivre ici, pensais-je.

OPINION:

En lisant Le Cimètière des Éléphants, je me suis retrouvée dans le même état que Hélène Rioux décrit si bien, lors d’un voyage dans une île tropicale.

De prime abord, on croit qu’on ne pourra jamais repartir de ce paradis terrestre; puis, le temps file, les gens qu’on trouvait si charmants, les premiers jours, commencent à nous taper sur les nerfs.

Au bout de deux semaines, nous n’avons plus qu’une idée: revenir à nos habitudes et notre coin de pays.

Et c’est cet atmosphère que madame Rioux nous décrit si bien avec un vocabulaire très riche, de magnifiques tournures de phrases et une écriture des plus imagées. Parfois, celle-ci est d’une telle beauté, qu’on a peine à lire l’histoire…

Elle nous transporte sur une de ces îles ou vit un petit groupe de résidents venus, soit pour un certain temps, soit pour terminer leurs jours au soleil.

Son personnage principal devient, sans vraiment le chercher, l’oreille attentive où chacun et chacune va déverser ses peines et ses joies. Elle est le témoin de l’histoire et de leur histoire.

Elle essaie toujours de demeurer neutre, mais…

Et nous, nous lisons comme des voyeurs, ces récits, pour le moins aberrants.

Ce livre m’a causé de bien belles heures de plaisir.

LE CIMETIÈRE DES ÉLÉPHANTS
Hélène Rioux
XYZ Editeur
Collection Romanichels
187 pages – 22.95 $