Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Ce récit raconte une vie extraordinaire : celle d’un des derniers mandarins chinois, né en 1835.

Au fil de ses souvenirs, Li-mao-shan évoque son éducation stricte et sévère entre l’étude de la calligraphie et la philosophie de Confucius, puis l’époque où, initié par son oncle Hubiao, il découvre l’érotisme et apprend l’art de maîtriser sa sensualité.

Mais le jeune homme a un secret : Emily Woolseley, son professeur d’anglais, a fait naître chez lui la passion des femmes blanches et son image le hante.

Quand la révolte des Taïpings éclate, Li-mao-shan est chargé d’entrer en contact avec les Blancs pour organiser la riposte contre les révolutionnaires.

Dans la concession internationale de Shanghai, une aventurière américaine participe au trafic d’armes : elle s’appelle Emily Woolseley…

Ce roman sur les dernières années de l’Empire chinois, des mandarins et des lettrés, mêle cruauté, raffinement, érotisme et mystère.

L’AUTEUR :

ANDRÉ LE GAL a commencé sa carrière en 1986 avec Le Shangaié. Prix des Maisons de la presse, il a atteint plus de deux millions d’exeplaires vendus, toutes éditions confondues.

Son dernier roman, Saïgon, est paru chez Plon en 2002.

LE DERNIER MANDARIN
André Le Gal
LES ÉDITIONS PLON
384 pages – 35,95$ – 19 euros