Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

C’est le devoir lent et essentiel de tout sang : s’exalter.

Sève de la vie, le sang symbolise l’existence et le trépas dans l’oeuvre de Julio Trujillo.

L’incertitude, l’angoisse et l’incompréhension engendrent la quête d’équilibre et proposent une prise de conscience.

Dans ses poèmes, « quand la nuit ouvre la gueule », c’est tout qui émerge à la fois pour venir mettre en place la parole totale, celle du sang que laisse la voie.

Pour sillonner la mer,
pour nous jeter en son milieu
à la recherche de la blessure
– l’origine de sa colère
[…]
il faut posséder le sang le plus robuste
et la sagesse de phare millénaire.

Le temps et les actes se bousculent à l’intérieur du corps. Le cri primordial, la fuite inévitable devant la falaise, les célébrations du jour, de la nuit, la rage accumulée, les fruits défendus, la femme au centre de l’oeil, la musique assumée, ici, tout est dans la danse, et cette danse est celle d’une âme qui s’échappe du crayon, la main du poète déposée.

Et pourtant, aujourd’hui, tout m’est nourriture,
je suis en train de boire un à un
les douze verres
de ce mercredi solaire.

L’AUTEUR :

Né à Mexico en 1969, JULIO TRUJILLO est diplômé de l’UNAM en Langue et Littérature Hispanique. Il occupe le poste de directeur éditorial pour Letras Libres.

Titres de l’auteur chez cet éditeur :

Le frêne et la druidesse – Blas, Roldán
Le fil ténu d’un sang/ El hilo esbelto de una sangre

LE FIL TÉNU D’UN SANG
EL HILO ESBELTO DE UNA SANGRE
Julio Trujillo
Traduction Nicole et Émile Martel
LES ÉDITIONS ÉCRITS DES FORGES
UNIVERSITAD NACIONAL AUTONOMA DE MEXICO
2007 – 114 pages – 14,00$ -15,00€

Visitez ces sites internet, vous y découvrirez d’autres très belles oeuvres poétiques :

LES ÉDITIONS ÉCRITS DES FORGES

UNIVERSITAD NACIONAL AUTONOMA DE MEXICO