Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->


«Et un fleuve sortait d’Éden pour arroser le jardin, et de là il se divisait et devenait quatre rivières…»

Depuis plus de mille ans, les Franciscains de la Custodie de Terre Sainte veillent sur Bethléem et sur le tombeau du Christ.

Au fil des siècles, l’ordre de saint François s’est fixé un objectif suprême : restaurer la paix en ces lieux disputés et faire de Jérusalem une ville universelle.

S’il conçoit que la foi peut déplacer des montagnes, le frère Matteo préfère aux utopies politiques le réconfort des vestiges de l’Histoire, en particulier les mosaïques antiques qu’on lui envoie de tout le Proche-Orient.

Une découverte majeure l’amène pourtant à alerter sa hiérarchie : des fresques recueillies sur des sites fort éloignés les uns des autres recèlent un schéma identique, une sorte de code qu’il entreprend de décrypter.

Et voici que, sous ses yeux, les petites pierres dévoilent leur secret : les emplacements inconnus des sources du Jourdain, fleuve sacré où Jésus reçut le baptême.

Pour un chrétien, la trouvaille est inouïe, et Matteo en oublierait presque que l’eau est un enjeu vital pour tous les peuples de la région…

Jusqu’au meurtre de son ami, le père Luca, qui partageait son amour pour l’archéologie…

Critique d’Uparathi

L’AUTEUR :

Surnommé «l’écrivain qui croit aux miracles» par le Corriere della Sera, FRANCO SCAGLIA est auteur de comédies, d’essais et de romans.

Il fut correspondant au Proche-Orient pour Il Nuovo Osservatore, et c’est à cette époque qu’il se lia d’amitié avec un archéologue franciscain qui lui inspira le héros de son roman.

Le gardien de l’eau a reçu le prix Campiello (le Goncourt italien) et est resté de nombreux mois durant en tête des ventes en Italie.

Le Premio Campiello, décerné à Venise depuis 1962, est le prix littéraire le plus prestigieux d’Italie.

Un jury constitué de 300 lecteurs désigne le gagnant parmi cinq finalistes sélectionnés par des professionnels de l’édition, des écrivains et des critiques littéraires.

Le Campiello a récompensé les représentants les plus illustres de la littérature italienne, tels Primo Levi et Rosetta Loy.

«Le roman d’espionnage le plus passionnant et le plus crédible de ces dernières années… Une oeuvre essentielle pour se mettre au diapason des inquiétudes qui secouent le monde…»

– Corriere della Sera

LE GARDIEN DE L’EAU
(Il Custode dell’acqua)
Franco Sciaglia
Traduction : Julie Sibony
LES ÉDITIONS MICHEL LAFON
286 pages – 24,95$ – 20 euros