Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->

Le premier procès pour meurtre au Lac–Saint-Jean

« Lorsque le docteur Robillard franchit le pas de la porte, un silence de mort règne dans la pièce.

Mais Emily, agenouillée, se met à crier le prénom de son mari.

Ce n’est plus un malade que le praticien a devant lui, mais un cadavre.

Il a la figure toute bleue et des taches sur les bras et les jambes.

Ses membres sont raides et tordus comme ceux d’une pièce de gibier que l’on ramène de la chasse.

Le docteur Robillard ne remarque aucune trace de violence et conclut qu’Abraham Gallop est décédé d’une syncope. »

Entre 1867 et 1976, date de l’abolition de la peine de mort au Canada, seize femmes, dont cinq accusées d’avoir tué leur mari, ont été condamnées à mort au Québec.

Seules deux de ces femmes seront acquittées après avoir été reconnues coupables.

Emily Sprague, d’Isle-Maligne au Lac-Saint-Jean, est l’une d’entre elles.

En 1925, on la soupçonne d’avoir empoisonné son mari avec la complicité de son jeune amant.

Le procès d’Emily, fait le récit du premier procès pour meurtre au Lac–Saint-Jean, un drame judiciaire qui a déclenché les passions.

L’AUTEURE :

La journaliste Line Gaudreault signe ici un premier roman, riche d’un dizaine d’années de recherche.

Diplômée en lettres du Collège d’Alma et membre de la Société d’histoire du Lac–Saint-Jean, elle est aussi dramaturge et comédienne.

LE PROCÈS D’ÉMILY
Line Gaudreault
LANCTÔT ÉDITEUR
Roman historique
2006 – 240 pages – 19,95$

LANCTÔT ÉDITEUR