Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->


Après Moi, Dora Maar, après L’Impératrice, après nombre de romans et de personnages, NICOLE AVRIL s’avance pour la première fois à visage découvert.

« Je déteste la pudeur, cette coquetterie de femmes laides ou qui se croient telle. Je n’aime pas non plus l’exhibition. On m’accuse de prendre un plaisir excessif à me glisser dans la peau de l’autre, à m’abriter derrière le masque de mes personnages. Je réponds que je ne me cache pas, je me multiplie. »

Aujourd’hui, NICOLE AVRIL parle en son nom.

Elle écrit son histoire et c’est la nôtre qu’elle interroge.

Avec ses guerres et ses passions intimes. Ses blessures et ses amours. Avec cette allégresse et cette ardeur qui ont le goût brutal des convalescences.

Elle sait regarder en face les désastres du jour, qu’ils soient de Nanterre ou de Bagdad, de Moscou ou d’Alger.

Elle sait aussi éclairer d’une lumière forte et subjective les personnalités qu’elle a rencontrées, présidents de la République ou artistes.

Pour elle, tout procède de l’écriture et tout y retourne.

L’AUTEURE :

NICOLE AVRIL est l’auteure de nombreux ouvrages. Entre autres romans, Les Gens de Misar, Monsieur de Lyon, La Disgrâce, Jeanne, Le Roman d’un inconnu. Elle a signé aussi un récit, Dans le jardin de mon père, et une biographie de Sissi, l’Impératrice. Elle a publicé chez Plon Le Roman du visage et Moi, Dora Maar.

LE REGARD DE LA GRENOUILLE
Nicole Avril
LES ÉDITIONS PLON
240 pages – 36,95 $

Visitez leur site internet pour une foule d’autres titres :
LES ÉDITIONS PLON