Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Abandonnée par ses parents, Sameem passe les sept premières années de sa vie dans un foyer en Angleterre : des années heureuses et insouciantes.

Tout bascule avec le retour de sa mère,qui arrive du Pakistan avec le reste de sa fratrie.

Lorsqu’on lui dit que sa famille désire la retrouver, Sameem est d’abord impatiente à l’idée de commencer une nouvelle vie.

Cependant, elle ne trouve qu’une maison insalubre où elle est assignée à des corvées et se sent étrangère : la culture et la langue pakistanaises lui sont inconnues.

Surtout, elle devient le souffre-douleur de la famille et son malheur la mène à l’automutilation.

Aussi quel n’est pas son enthousiasme lorsqu’elle prend l’avion avec sa mère pour le Pakistan.

Elle a 13 ans.

Cependant, les prétendues vacances virent au cauchemar.

Sameem est mariée de force à un parfait étranger, qui abuse d’elle.

Deux mois plus tard, enceinte, elle retourne à Glasgow où elle est de nouveau maltraitée par sa famille.

Ce n’est qu’après avoir rencontré le grand amour que Sameem décide de se libérer de ce cauchemar en s’enfuyant vers Manchester accompagnée de son jeune fils.

Cependant, pour avoir « déshonoré » sa famille, son frère tente de l’enlever.

Ce dernier passera quatre ans en prison pour « tentative de rapt ».

En 2002, Sameem Ali forme avec des résidents de Moss Side (quartier de Manchester peuplé à majorité d’immigrés) une association dont le but est de régler des problèmes locaux, allant du traitement des décharges sauvages à l’élaboration de nouvelles solutions environnementales.

Cela l’incite alors à s’impliquer dans la politique locale de sa ville.

En 2007, elle est élue conseillère municipale pour le quartier de Moss Side.

Sameem intègre par la suite le comité de vigilance dédié à la jeunesse, avec pour but d’aider celle-ci à s’exprimer et s’émanciper.

En 2010, Sameem devient la première femme d’origine orientale à intégrer l’équipe exécutive du conseil municipal de Manchester.

En Mars 2008, Sameem publie son autobiographie, Le Voile de la douleur, un ouvrage dénonçant les maltraitances faites aux enfants, ainsi que le mariage forcé.

Grâce à ce livre, Sameem Ali devient une figure emblématique de la lutte contre le mariage forcé au sein du conseil municipal de Manchester, lutte qu’elle mène dans les écoles et lors de conférences, forums de discussion et autres médias.

Elle fonde « The Inspirationals », association visant par-dessus tout à sensibiliser l’opinion publique vis-à-vis du mariage forcé et de ses conséquences.

Sameem Ali remporte le « Fusion Woman Of The Year Award », récompensant ainsi son combat.

LE VOILE DE LA HONTE
Sameem Ali
LES ÉDITIONS ARCHIPOCHE
Biographie
2013 – 386 pages – 7,60€

Découvrez tous les titres publiés chez cet éditeur :

LES ÉDITIONS ARCHIPOCHE