Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Chronique auteur étranger - «Best-Seller» ->

Deux êtres que tout oppose voient leur vie bouleversée par la découverte d’un bébé abandonné.

Un grand roman pudique et élégant sur une amitié qui n’ose dire son nom.

Mme Blessing, quatre-vingts printemps, vit seule parmi ses souvenirs dans son immense propriété.

Éternelle insatisfaite, d’un caractère volontiers grognon, elle ne tolère que la présence de Skip, son homme à tout faire, jeune délinquant repenti.

Quand ce dernier trouve devant la porte un bébé abandonné, il redoute la réaction de son austère patronne.

Contre toute attente, mme Blessing se prend d’affection pour la petite, rebaptisée Faith, et semble trouver une seconde jeunesse.

Unis par ce secret, l’octogénaire et le jeune homme nouent de nouveaux liens, subtil mélange d’amitié et de respect.

Mais l’arrivée de cet enfant force la digne Mme Blessing à s’interroger sur sa vie.

Une vie tragique, jalonnée de secrets, de drames, de non-dits , dont elle n’a pas fini de payer le prix fort…

L’AUTEURE :

ANNA QUINDLEN a mené une brillante carrière de journaliste, récompensée par le prix Pulitzer en 1992, avant de se consacrer à la fiction.

Noir comme l’amour, son premier roman traduit en français, a été publié chez Belfond en 1999. Elle est également l’auteure de cinq essais et de deux livres pour enfants.

L’ENFANT SOURIRA PEUT-ÊTRE
(Blessings
Anna Quindlen
Traduction : Cécile Arnaud
LES ÉDITIONS BELFOND
2004 – 348 pages – 34,95$ – 20,60 euros

LES ÉDITIONS BELFOND