Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->


1798 : Dux, dans une Bohême mystérieuse et froide, parsemée de vastes châteaux baroques inhabités et silencieux.

C’est dans une de ces prisons dorées que Casanova finit sa vie.

Il est bibliothécaire du comte de Waldstein qui l’a pris à son service par pure charité.

Dans ce décor de théâtre, Giacomo expérimente la comédie du monde, l’abandon et la solitude.

Surtout, il y écrit en français ses Mémoires : un chef-d’œuvre inestimable.

Mais Casanova se garde d’évoquer ces quelques mois, trous noirs d’une fin de vie non conforme à sa conception de l’existence, toujours en mouvement, toujours en fuite.

Les derniers fastes du XVIIIe siècle brillent encore, mais déjà s’effacent pour céder la place à une autre société.

Impression de désastre généralisé et de fin d’un monde, d’une époque et d’une gloire dont les vieux châteaux peinent à conserver la trace.

Giacomo Casanova est le dernier représentant d’une société perdue, et sa fin à Dux ressemble à une légende.

Il y fonde une mythologie de la révolte à un monde qui niera tout ce que les siècles qui l’ont précédé ont affirmé et vécu.

Casanova laisse l’image d’un éternel voyageur, d’un passant éphémère.

Un homme libre.

L’AUTEUR :

ALAIN VIRCONDELET est universitaire, écrivain et biographe de grandes figures du XXe siècle (Marguerite Duras, Balthus, Saint-Exupéry, Albert Camus, Charles de Foucauld, Jean-Paul II).

Ses travaux sont traduits dans le monde entier. Son dernier ouvrage publié chez Flammarion est Jean-Paul II (2005).

Flammarion a également publié La Princesse de Lamballe (1995), un roman historique sur la même période que ce Casanova.

LES DERNIERS JOURS DE CASANOVA
Alain Vircondelet
LES ÉDITIONS FLAMMARION
2005 – 237 pages – 37,95$ – 19 euros

LES ÉDITIONS FLAMMARION