Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Chronique auteur étranger - «Best-Seller» ->

« Le verdict est confirmé : John Grisham est bien un champion du thriller juridique. »

Irish Independant

À trente et un ans, David Zinc est avocat chez Rogan Rothberg, un prestigieux cabinet de Chicago.

Autant dire qu’il mène une existence lamentable : dix-huit heures quotidiennes de travail, un téléphone portable qui sonne jour et nuit et une vie sexuelle inexistante pour cause d’épuisement.

Ce matin-là, il s’apprête à rejoindre son bureau quand il est terrassé par une crise d’angoisse.

Il se réfugie au bistrot du coin.

Après de nombreux bières et cocktails, il se retrouve sans trop savoir comment chez Finley & Figg, un cabinet juridique minable spécialisé dans les accidents et les divorces.

Fasciné par ces « vraies personnes avec de vrais problèmes », David, complètement soûl, convainc les deux associés, Oscar Finley et Wally Figg, de l’embaucher.

Très vite, il se trouve embarqué dans le nouveau plan foireux de Figg pour devenir riche : intenter une action en justice contre le géant pharmaceutique Varrick, dont le nouvel anticholestérol Krayoxx est accusé–à tort ou à raison – de provoquer attaques cardiaques et infarctus.

Wally veut réclamer à Varrick cent millions de dommages et intérêts.

Tout ce que Finley & Figg ont à faire, c’est à mettre la main sur des individus qui ont été victimes d’attaques cardiaques alors qu’ils étaient sous traitement au Krayoxx, les convaincre de devenir leurs clients, intenter un procès en masse et s’en tirer avec la gloire et l’argent.

Au grand ébahissement de David, que ses études à Harvard et son passage chez Rogan Rothberg n’ont pas préparé aux coups tordus, Figg manie l’intimidation, la subornation, la corruption et le mensonge pour attirer le plus de plaignants possible.

La mort par infarctus d’un sénateur traité au Krayoxx donne un sérieux coup de pouce à Finley & Figg : l’administration des affaires sanitaires retire le médicament du marché et les actions de Varrick chutent.

Varrick est aux abois. Finley et Figg ne doutent plus du succès de leur entreprise.

Mais Varrick, tout en prétendant privilégier la compensation financière, se prépare dans l’ombre à aller devant la justice.

Et c’est la très jolie et très teigneuse Nadine Karros, renommée dans tout Chicago et associée de l’ancienne boîte de David, qui va défendre le géant pharmaceutique.

La nouvelle fait l’effet d’une bombe chez Finley & Figg : Oscar et Wally doivent préparer un retentissant procès public avec, comme le résume Oscar, « un cas qu’aucun avocat ayant un minimum de bon sens ne défendrait, pas d’expert, pas de preuves, et des plaignants cinglés ou drogués ».

Enfin le grand jour arrive !

Oscar, victime d’une crise cardiaque, déclare forfait.

Wally, terrifié, disparaît pour se soûler, et David se retrouve seul face à Martine Karros et à sa bande de barracudas du barreau.

Les jeux sont faits, et les dés ne sont pas pipés…

Vous aimez comme moi les histoires d’avocats contre de grosses multinationales … vous voilà servi à souhait ! À LIRE…

Louise

Quelques titres de cet auteur présentés chez Planète Québec :

L’Accusé
La contrat
Victoire à l’italienne
L’Infiltré
Les partenaires

L’AUTEUR : JOHN GRISHAM

Né en 1955, John Grisham a commencé sa carrière comme avocat. Passionné d’écriture, il écrivait à ses heures perdues.

Avec La Firme, paru en 1991 et vendu à des millions d’exemplaires, il rencontra son premier grand succès.

Depuis, il a vendu soixante millions d’exemplaires dans le monde et a écrit vingt-trois romans.

LES PARTENAIRES
John GRISHAM
Traduit par Isabelle D. PHILIPPE
et Abel GERSCHENFELD
LES ÉDITIONS ROBERT LAFFONT
suspense
2012 – 440 pages – 29,95$ – 21,50 €

Découvrez tous les auteurs publiés chez cet éditeur :

LES ÉDITIONS ROBERT LAFFONT

Quelques titres de cet éditeur présentés chez Planète Québec « Auteurs étrangers – Littérature »

Drood
La trace de l’araignée
Dimiter
Le prince de la Brume
Le palais de minuit
L’Inconnue de Birobidjan
Couleur Champagne
Les lumières de septembre
Si c’était à refaire
Les partenaires