Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Auteurs québécois - Adultes/Ados ->

Quand tout se joue aux îles de la Madeleine

Sur le traversier qui le mène aux Îles de la Madeleine, Gérard aperçoit une femme qu’il croit reconnaître. De fait, il s’agit bien de Marie-Luce avec laquelle il a eu naguère une liaison. Ce qu’elle lui apprendra plus tard le frappera comme un coup de fouet.

Gérard vit une vie sans problème avec Nicole et ses deux enfants.

Il a pour ainsi dire trouvé le bonheur dans les bras de cette femme qui l’aime et qu’il aime. Un bonheur calme que l’apparition de Marie-Luce, elle aussi mariée et mère de deux enfants, viendra cependant perturber.

Rien en apparence qui pourrait mettre son bonheur en danger, même si Gérard apprend avec consternation de la bouche de son ancienne maîtresse qu’elle est irrémédiablement condamnée et qu’il ne lui reste que très peu de temps à vivre.

Et pourtant, la relation qu’entretiennent Gérard et Marie-Luce prend des allures troubles. Elle ne devrait pas, puisque leur histoire peu réussie avait été de courte durée. Mais tout se passe comme si la mort à venir les rapprochait dans un sens que ni l’un ni l’autre n’arrivent à comprendre.

Et comme si c’était un virus qui se propageait, voilà que la femme de Gérard commence à s’inquiéter. C’est ce qu’elle écrit dans son journal. Elle essaie de se rassurer, de se dire qu’elle ne devrait pas redouter cette femme malade, mais l’angoisse pointe chez elle avec insistance.

L’haleine de la mer, c’est une fine réflexion sur les amours effacées et sur la prégnance de la mort tout autant qu’une habile description des îles de la Madeleine.

Ici, on est agréablement porté par l’haleine de la mer (pour les Madelinots, c’est le vent qui vient de la mer), cependant qu’on assiste à une fissure sourde qui traverse les personnages de part en part.

Un très beau roman sur les assises fragiles de l’amour.

L’AUTEUR : NORMAND CAZELAIS

Un jour, j’ai franchi le seuil de l’école, émerveillé d’être devenu déjà si grand. Pour la première fois, j’y ai ouvert un abécédaire.

La lecture et l’écriture sont des compagnes de vie fidèles et magiques: sans jamais défaillir, elles ouvrent l’esprit sur des univers insoupçonnés, toujours renouvelés. Qu’aurais-je fait sans elles dans le voyage incertain de l’existence?

L’HALEINE DE LA MER
Normand Cazelais
XYZ ÉDITEUR
2005 – 124 pages – 18,00$

XYZ ÉDITEUR