Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique spectacles ->

Comme je n’ai pas vu de spectacle dernièrement et que Mario Jean fait beaucoup parler de lui, voici la chronique faite le 3 février.

C’est au Théâtre du Vieux-Terrebonne que j’ai pu assister au spectacle de l’humoriste Mario Jean.

Un banc, Mario Jean et une salle comble qui a le goût de s’amuser; voilà tous les éléments pour faire une soirée des plus réussies.

Mario nous arrive très très malade… on se demande même s’il pourra survivre à ce vilain rhume qui le terrasse littéralement…. Vous savez, le genre de rhume (atsou) d’homme qui le rend tellement faible et dépendant de sa conjointe…

Mario Jean, c’est le gars d’à côté… sympathique, un peu grassouillet (wow, j’ai dit un peu!!!), l’air bon gars sans malice…. qui vous sort les pires insanités sur les femmes, les personnes âgées, les jeunes, le vieillissement, tout cela sans une parole grivoise, mine de rien.

Il se transforme en fils qui achète un cadeau pour son père âgé, en mari qui accompagne sa femme chez le gynécologue et qui attend dans la salle, l’arrivée de l’heure du rendez-vous, en juriste qui défend et le Québec et le Canada.

Nous avons droit à une chronique-radio « Radotons sport » dont on ne croit pas pouvoir sortir tellement son personnage est lent. Tous les sports à la mode y passent et se font « repasser »…

Au retour de la pause, nous voilà dans des confidences de brasserie, la merveilleuse Mascotte Tourlou qui est bien bien tannée et finalement les nouvelles selon Ti-Guy Beaudoin accompagné de sa bicyclette modifiée…

Peu de décor, juste une grande toile où il nous présente des diapos entre les changements de personnages, une chaise, une table, un costume.

Mario Jean se suffit à lui-même… et à nous aussi )))

Il sera présent à Joliette le 20 mars 1999

UNE FORT BELLE SOIRÉE – LES GARS RIENT AUTANT QUE LES FILLES, car tout le monde y passe!

La photo de cette chronique provient de Daniel Auclair.

Vous avez des nouvelles culturelles à faire annoncer; ma chronique du vendredi est pour vous.