Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Auteurs québécois - Adultes/Ados ->


MER INTÉRIEURE

La mère, toujours la mère!

S’il est une image qui s’impose dans notre imaginaire – et qui nous gruge parfois de l’intérieur -, c’est bien celle de la mère.

Que dire alors quand celle qui nous a donné le jour meurt dans un accident d’auto?

MER INTÉRIEURE est un superbe récit poétique : Claudia, la narratrice, a perdu sa mère dans un accident d’auto.

Abandonnée – son père a quitté la maison quand elle était jeune – elle reste comme suspendue dans l’air : « En résultante, je suis célibataire et seule. Mobile et légère, peut-être trop. Dense et mouvante ».

« Une mère ne s’achève jamais en soi », nous confie-t-elle.

Hantée par l’image maternelle, Claudia va la poursuivre en la personne de son opposée, Hélène Roberts, amnésique, mais aussi « meurtrière » puisque c’est elle qui conduisait l’autre auto impliquée dans l’accident qui a emporté sa mère.

Tout le récit tourne autour de cette relation ambiguë en même temps que s’immiscent d’autres figures dans cet espace imaginaire construit autour du féminin.

Un récit tout en touches approximatives, comme un tableau impressionniste, et d’une très belle coulée.

Andrée Laurier est traductrice et journaliste, elle a déjà publié une novella intitulée « L’étrange maison d’Elseva » et plus récemment « L’ajourée ».

MER INTÉRIEURE
Andrée Laurier
XYZ ÉDITEURS
208 pages, 22,95 $

Pour consulter les chroniques LIVRES précédentes, cliquez sur AUTRES TEXTES.