Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

Les Éditions Alto sont heureuses et fières d’annoncer que Nicolas Dickner, auteur de Nikolski, est le lauréat du prix Anne-Hébert 2006.

La remise du prix aura lieu aujourd’hui, le 18 mars au Salon du livre de Paris.

Finaliste du Prix littéraire du Gouverneur général à l’automne dernier, Nikolski est aussi en lice pour le Prix des libraires du Québec 2006, le Prix littéraire des collégiens et le Grand Prix littéraire Archambault.

Ce premier roman acclamé de façon unanime par la critique a déjà attiré l’attention de plusieurs éditeurs étrangers et s’impose comme la révélation littéraire de l’année au Québec.

Le jury, composé cette année des auteurs Jean-Marc Dalpé, Monique Proulx, Gaétan Soucy et René de Ceccatty, a justifié son choix en ces termes : « Avec un évident (et malin?) plaisir de conteur-né, Nicolas Dickner réussit ici à nous tenir en haleine avec ses multiples récits qui se croisent là où on ne s’y attend jamais, qui nous surprennent à chaque nouveau détour et rebondissement. »

Nicolas Dickner est né en 1972 à Rivière-du-Loup. Après des études en littérature à l’Université Laval (baccalauréat et maîtrise), il a voyagé et travaillé en Amérique latine de même qu’en Europe, où il a participé à un séjour d’écriture à Bamberg en Allemagne. Il a ensuite jeté l’ancre à Québec avant de s’installer récemment à Montréal. M. Dickner est récipiendaire des prix Adrienne-Choquette et Jovette-Bernier pour un recueil de nouvelles intitulé L’encyclopédie du petit cercle (L’instant même, 2000). Nikolski est son premier roman.

Le Prix Anne-Hébert a été créé en mars 2000 au Salon du livre de Paris dans le cadre d’un hommage à la célèbre écrivaine organisé par le Centre culturel canadien.

Ce prix, doté d’une bourse de 7500 $ CAN, sera décerné pour la 6e année consécutive le lundi 20 mars 2006 au Centre culturel canadien à Paris (5, rue de Constantine 75007). Il récompense un premier roman de langue française écrit par des citoyens canadiens ou des résidents permanents du Canada. Il est attribué par un jury franco-canadien composé de quatre personnes, choisies conjointement par le Centre culturel canadien et la radio de Radio-Canada.

Parmi les précédents récipiendaires du Prix Anne-Hébert, on note Maryse Barbance pour son roman Toxiques (HMH) en 2001; Denis Thériault pour L’iguane (XYZ) en 2002; Marie Hélène Poitras pour Soudain le Minotaure (Triptyque) en 2003; Hélène Dorion pour Jours de sable (Leméac et La Différence) en 2004, et Gilles Jobidon pour La Route des petits matins (VLB) en 2005.

Le Centre culturel canadien et la radio de Radio-Canada sont très fiers de l’association qui leur permet de souligner chaque année un nouveau roman francophone et de promouvoir la relève en littérature. Félicitations au gagnant.

Source :

Patricia Lamy