Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

Ici, le vol est fait de grands battements et les sols semblent vouloir trembler sous l’assaut des ailes.

Ici, les outardes tentent, tant bien que mal, de bâtir leur monde, le voir le plus vivant possible, avec ce qui reste de beau et de laid, car « ce sont des planètes faites pour le seul caprice / de raser le sol si elles ne volent pas ».

Ici, la poésie est une arme silencieuse et intimiste que Patricia Medina utilise sans retenue.

La planète tourne, poursuit sa course, entraînant tout avec elle.

– c’est cette lenteur qui me change en appât
la vraie raison de mon mouvement :
la vitesse est une autre forme de mort –

Et dans cette quête d’un absolu qui conviendrait à l’avenir, Patricia Medina pousse ses Outardes vers un lieu idéal mais sans se faire d’idées : « ainsi je compte bien / voler / m’élever / de quelques millimètres ».

Puis lorsque les battements d’ailes laissent croire en une liberté près du bec, c’est avec force que le ciel est investi, pour mieux rêver et réaliser pleinement ce vol libre :

je verrouillai le ciel
et je donnai à dieu des instructions
pour qu’on ne nous dérange pas

je ne cache rien
je livre tout de moi […]

les outardes ne savent pas pleurer

L’AUTEURE :

PATRICIA MEDINA est née à Guadalajara en 1947. Elle a publié plusieurs recueils de poésie qui lui ont valu de nombreux prix nationaux et internationaux.

OUTARDES – AVUTARDAS
Patricia Medina
Traduit de l’espagnol : Christine Balta
LES ÉDITIONS ÉCRITS DES FORGES
LITERALIA EDITORES
2006 – 128 pages – 14,00$ – 15,00$

LES ÉDITIONS ÉCRITS DES FORGES

LITERALIA EDITORES