Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteurs québécois - Essais, biographie, documents ->

Fécondité, grossesse
et accouchement au Québec (1900-1950)

La famille traditionnelle, les pères et mères fiers de leur nombreuse progéniture, le curé de la paroisse exerçant son influence en retrait, tout cela semble représenter la norme dans le Québec du début du XXe siècle.

Mais, si ce modèle de famille était mis en valeur à cette époque, était-il le seul à exister?

Dans Partir pour la famille, Suzanne Marchand livre une vision étonnante de la vie privée des Québécois.

Elle nous fait entrer dans leur intimité en abordant des thèmes liés à la maternité.

À travers les témoignages d’hommes et de femmes venant d’un peu partout au Québec se révèlent les pratiques et les croyances entourant, entre autres, l’avortement, la stérilité, l’impuissance et la mortalité maternelle et infantile.

Plonger dans la recherche passionnante et imagée de Suzanne Marchand, c’est s’étonner des idées de l’époque et s’apercevoir, au contraire, que certaines choses n’ont pas tellement changé.

Aujourd’hui, on pourrait placer le livre que je vous présente dans la catégorie de ceux qu’on n’attendait pas nécessairement et qui finissent par sortir du lot.

Pourquoi? Tout simplement parce qu’ils le méritent.

Pendant le travail éditorial, il fallait voir mes deux collèges, Marie-Michèle et Sophie, venir nous voir aux deux minutes pour nous citer des extraits tellement elles trouvaient ça bon.

Le livre en question, c’est Partir pour la famille. Fécondité, grossesse et accouchement au Québec 1900-1950

Comme vous l’avez deviné, l’ouvrage traite du rapport que la société québécoise entretenait face à la maternité au début du XXe siècle alors que les croyances religieuses et les supersitions influençaient les comportements.

On est loin de l’idée de la mère indigne d’aujourd’hui, quoique, en laissant la parole aux femmes et aux hommes de cette époque, Suzanne Marchand nous démontre à quel point la réalité des familles était différente de ce qu’on a souvent véhiculé.

En fait, avec ce sujet qui ne laisse personne indifférent, elle nous donne accès à un univers surprenant.

À la fois pittoresque et actuel, Partir pour la famille s’adresse à un très large public.

Truffé d’anecdotes et de détails parfois inusités, il est écrit dans un langage simple, accessible et vivant. L’iconographie est riche d’images impressionnantes.

Pour vous mettre en appétit, en voici un avant-goût :

– Les femmes qui voulaient avorter prenaient des bains très chauds à la moutarde en poudre. (p. 73)

– Le céleri, souvent désigné comme « l’amour en branche », était considéré comme un aphrodisiaque. (p. 86)

– Ne pas se passer un fil ou un linge à vaisselle dans le cou, le bébé naîtrait cordelier [le cordon enroulé autour du cou] (p. 107)

– Une femme enceinte ne devait pas avoir peur d’un animal (cheval, cochon, souri, etc.) sinon son enfant aurait la tête de l’animal en question. (p. 116)

– Ne pas manger trop de cornichon sûrs, sinon on peut avoir des enfants infirmes ou des monstres. (p. 114)

– Manger des betteraves ou des tomates (tout ce qui est rouge) provoque chez l’enfant des taches de vin. (p. 114)

– Si l’enfant pleure beaucoup ou s’il est couvert d’un duvet foncé, on annonce qu’il sera beau. (p. 123)

– Si tu manges trop vinaigreux, ton bébé n’aura pas un beau teint. (p. 126)

– On disait d’un bébé né à 8 mois que c’était un bébé bleu, c’est-à-dire un bébé qui aurait des problèmes cardiaques. (p. 178)

– Couper les cheveux ou les ongles d’un enfant avant un an, c’est lui ôter son talent. (p. 195)

– Il n’était pas de mise que la femme vraiment affectée par la mort de son mari ou un de ses enfants soit présente aux funérailles. (p. 228)

Enfin bref, vous voyez le genre d’informations qu’on y retrouve. On n’a pas encore parlé des condoms qu’on nettoyait et qu’on réutilisait pour économiser!

L’AUTEURE :

SUZANNE MARCHAND est ethnologue. Après avoir obtenu son doctorat à l’Université Laval en 2006, elle a été chargée de cours à cette même université et chargée de projets pour divers organismes. En 2010, elle a conçu l’exposition Partir pour la famille, réalisée pour la Ville de Québec et présentée au Centre d’interprétation historique de Sainte-Foy. C’est de ce projet qu’est née cette publication.

PARTIR POUR LA FAMILLE
FÉCONDITÉ, GROSSESSE ET ACCOUCHEMENT
AU QUÉBEC (1900-1950)
Suzanne Marchand
LES ÉDITIONS DU SEPTENTRION
Vie d’autrefois – Société
2012 – 300 pages – Illustré – 26,95 $

Découvrez tous les titres publiés chez cet éditeur :

LES ÉDITIONS DU SEPTENTRION

Quelques titres chez cet éditeur présentés chez Planète Québec :

La virilité en jeu. Perception de l’homosexualité masculine par les garçons adolescents
L’Émergence de la modernité urbaine au Québec – Saint-Jean-sur-Richelieu, 1880-1930
L’hiver à Cape Cod
Les coeurs tigrés
Un léger désir de rouge
Chaque automne j’ai envie de mourir
Clément de Sabrevois de Bleury. Seigneur et entrepreneur en Nouvelle-France
Partir pour la famille. Fécondité, grossesse et accouchement au Québec (1900-1950)