Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Actualités littéraires ->

« Les fêtes ont marqué chaque étape de ma vie, même les petites : mes déménagements, mes diplômes, des départs d’équipes de travail que j’ai adorées des fins de contrat qui m’avaient permis defranchir de nouvelles limites professionnelles, de même que tous mes anniversaires, mes peines d’amour, mes deuils et les épreuves de ma vie.

Les fêtes m’ont permis de boucler des centaines de boucles dans ma vie.

Elles m’ont permis de dire des milliers de mercis à des êtres formidables, des adieux émouvants aussi, des «je t’aime» comme je voulais.

Les fêtes m’ont permis d’en finir avec des crises de la vie, m’ont permis de tourner des pages, de passer à autre chose.

Au coeur de ces fêtes, j’ai pu lâcher mon fou, m’éclater, rire de moi-même et de la vie, me moquer des conventions, refaire le monde à ma façon.

Au coeur de ces fêtes, je retournais en moi-même et j’y trouvais ma source.

Les fêtes ont été pour moi autant de rites de passage que de célébrations joyeuses.»

France Paradis a un parcours tout à fait exceptionnel.

Journaliste, recherchiste, scénariste, conférencière et auteure, elle s’est impliquée dans plusieurs réseaux et groupes d’entraide.

Son engagement communautaire l’a menée du milieu carcéral jusqu’aux salles d’accouchement, des cuisines collectives aux écoles à pédagogie Waldorf.

France Paradis a débuté sa carrière au quotidien La Presse ; elle était alors la plus jeune columnist au Canada. Au fil des ans, la journaliste a écrit des centaines d’articles dans des magazines et des quotidiens variés.

Sa chronique de consommation à l’émission radiophonique de Marie-France Bazzo à Radio- Canada, l’a amenée à écrire « Le petit paradis », écoulé à 75 000 exemplaires et où elle parlait de simplicité volontaire, bien avant que le terme ne soit à la mode.

Femme de coeur et mère de trois enfants, France Paradis a su conjuguer au quotidien son sens profond de l’engagement.

Depuis 20 ans, elle s’implique auprès de détenus à qui elle offre support et écoute. « La seule chose qui compte, c’est d’être là, d’être un écho de leur propre force. Je ne les sauve pas. Je suis simplement avec eux. »

Sa présence et sa confiance en eux leur permettent de reprendre espoir et de redéfinir leurs valeurs.

Cet engagement bénévole lui a donné le goût de faire de l’accompagnement à la naissance auprès de femmes seules et marginalisées : prostituées, sidéennes, détenues, femmes de la
rue.

Dans le but de mieux les accompagner, France se dote d’une formation en périnatalité.

La foi anime ses actions et son engagement : « Je suis certaine qu’aucun geste n’est inutile. Chaque fois que je suis courageuse et aimante, je permets à ceux autour de moi d’être courageux et aimants. Aucun effort n’est inutile, si cela est fait dans la bonté, la justesse et l’amour. »

Son expérience auprès des familles et des clientèles fragilisées lui permet de partager avec un plus grand public ses réflexions en offrant des conférences traitant des valeurs, des enfants, de la communauté, de la consommation et des questions sociales.

Co-idéatrice de la télésérie Temps dur, elle a été mise en nomination deux fois pour un prix Gémeaux de la meilleure recherche pour la série Pousse-Pousse en 1993, puis en 2001, pour Jeux de société, un documentaire sur les femmes itinérantes.

Mère et solidaire

Critique d’Uparathi 5*

Fêtes et rituels