Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

1er janvier de l’an 2000.

Le téléphone sonne, les voeux sont macabres.

Franck est mort.

Son corps repose à la morgue depuis dix jours.

Orphelin et brouillé avec sa famille, comédien et animateur de télévision promis à une grande carrière, Franck ne comptait plus ses amis.

Jusqu’à sa descente aux enfers.

Alcoolisme et séjours à l’hôpital psychiatrique… ceux qui constituaient sa «cour» se sont lentement éloignés.

Au cours d’un ballet téléphonique d’une semaine, ses copains, son tuteur, ses relations proches ou lointaines parlent de lui.

De sa mort. De sa vie. De son enterrement auquel tout le monde souhaite assister, mais dont personne ne veut s’occuper.

Il faudra pourtant bien que quelqu’un se charge des obsèques…

Dans un virtuose chassé-croisé de dialogues parfois gênés, souvent drôles, l’auteure porte un regard sans complaisance sur le petit monde du show-biz.

Au fil des conversations se dessine le portrait du défunt en même temps que celui d’un entourage lâche et égocentrique.

L’AUTEURE :

Réalisatrice à France Inter, ÉLIANE GIRARD collabore aux émissions littéraires Noctiluque, Calame, et Un été d’écrivains.

Elle est également critique littéraire dans la presse féminine.

Son premier roman, Magali, Yourcenar et moi, est paru aux Éditions Lattès en 2003.

QUI M’AIMERA ENCORE QUAND JE SERAI MORT ?
Eliane Girard
LES ÉDITIONS BELFOND
180 pages – 26,95 $

LES ÉDITIONS BELFOND