Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Éditeurs du Canada français ->


Salut, mon frère!
Philippe Garon
Illustration
Pierre-Louis Desrosiers
Photographe
Pascal Lévesque
ISBN
2-89537-086-9
144 pages
17.95 $

Vient de paraître
Éditions Vents d’Ouest
185, rue Eddy, Gatineau (Québec), J8X 2X2
tél. : (819) 770-6377 ; téléc. : (819) 770-0559
Vents d’Ouest

Un livre qui commence à la page 132? En effet! Cette longue lettre est paginée à rebours. Surprenant au départ…

Toujours que je suis allé à la tabagie, puis j’ai acheté à monsieur Ouellet – tu te souviens de lui j’espère! – le premier cahier que j’ai trouvé. C’est quand je suis revenu à la maison que j’ai réalisé qu’il comptait 132 pages. 132. Exactement comme le numéro de la route qui traverse notre village. Méchante coïncidence, tu ne trouves pas? La route qui nous a fait partir d’icitte ensemble, mais qui m’a fait revenir tout seul.

Tu vas peut-être trouver ça fou en tabara, mais même 132 pages, je ne sais pas si ça va être assez poour tout te raconter. C’est pour ça que je les numérote à l’envers, pour savoir où j’en suis rendu, pour ne pas gaspiller l’espace en placotant pour rien. Tu me connais. Le coq… l’âne… et moi… Mais je te jure que je vais te sacrer patience au bout de 132 pages par exemple! p. 130

« Je ne nous oblige pas à oublier. Tout ce que je voudrais, c’est qu’on se pardonne. Parce que personne peut m’écouter, me parler, me faire rire comme tu le fais. Il faut qu’on fasse quelque chose pour se rapprocher. Je le sais, je ne devrais peut-être pas t’écrire des affaires de même. Mais d’un autre côté, si je ne te le dis pas à toi, à qui je vais le dire ? Des amis, des frères, des âmes frères, ça ne se raconte pas que des belles histoires. Ça se dit tout. Je te dis tout. »

De retour dans son coin de pays après plusieurs années d’exil, Louis se décide à écrire une lettre à Antoine. Une lettre pour partager des souvenirs, mais aussi pour rappeler à son meilleur ami la promesse qu’ils ont échangée. Une lettre qui s’adresse en fait à tous ceux qui ont dû quitter le pays de leur enfance, mais en qui subsiste une parcelle d’utopie.

Photo : Pascal Lévesque

Philippe Garon

Né à Sainte-Anne-des-Monts en 1974, Philippe Garon est diplômé en enseignement du français et de la morale au secondaire. Il a travaillé dans différentes écoles, mais a aussi expérimenté une panoplie de métiers au fil des ans: chef cuisinier, fantassin, vendangeur et sylviculteur. Sa passion pour les voyages lui permet d’assouvir son penchant pour l’aventure, et il tient de la philosophie sa curiosité envers les êtres et les idées. De retour en Gaspésie, il œuvre dans le domaine de la promotion des arts et du patrimoine.