Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique auteur étranger - Littérature, essai et document ->

La suite ‘un classique historico-libertin

1800.

Comblée par le destin, devenue Mme de Salanches, Caroline aurait-elle perdu pour autant son irrésistible pouvoir de séduction ?

Nullement, et son mari va l’apprendre à ses dépens sur les bords du lac de Côme, en Italie, où « l’air est à l’amour ».

Le beau Livio n’est, pour le général de Sallanches, qu’un chef de la rébellion populaire.

Mais Caroline, en proie au dépit amoureux, verra en lui un séduisant moyen de vengeance.

Pour l’accorte donzelle, c’est un caprice ; pour Gaston, une occasion de pardonner.

Lorsque, sur un coup de tête, Caroline décide de se rendre à Saint-Pétersbourg, c’est du sort des batailles que dépendra son pardon.

Le péril se charge alors de rappeler à Caroline qu’elle n’aime vraiment qu’un homme : son mari…

Caroline Chérie – 1. 1789-1794
Caroline Chérie – 2. 1794-1800
Un caprice de Caroline Chérie

L’AUTEUR : JACQUES LAURENT
Né au lendemain de la Première Guerre (1919), Jacques Laurent fut un étudiant du Front populaire et de Munich, un acteur et témoin de la guerre, de l’Occupation, de Vichy et de la Libération.

Il fut plusieurs écrivains en un seul homme : le Cecil Saint-Laurent de Caroline chérie, le Jacques Laurent des Corps tranquilles – roman culte – et des Bêtises et d’autres encore.

Tel est Jacques Laurent : multiple, fascinant, contradictoire, auteur sous divers pseudonymes de chroniques théâtrales, de romans sentimentaux ou policiers et de chroniques historiques.

Redoutable polémiste, il s’en prend notamment à Sartre dans Paul et Jean-Paul (1951) et fonde La Parisienne. Son nom est alors associé au mouvement littéraire des Hussards, auxquels se rattachent aussi Blondin, Déon et Nimier.

La guerre d’Algérie le voit ferrailler avec de Gaulle et fronder le pouvoir politique. La consécration vient en 1971 avec Les Bêtises, roman couronné par le prix Goncourt.

En 1986, il succède à Fernand Braudel à l’Académie française, quatorze ans avant de mettre fin à ses jours.

Jacques Laurent est incontestablement une des figures littéraires et intellectuelles les plus importantes, et sans doute la plus talentueuse, de l’après-guerre.

Aujourd’hui, pourtant, son œuvre n’est pratiquement plus disponible. Elle n’est pas étudiée à l’Université ni même présente dans les programmes du secondaire. Il était temps que ses écrits reviennent sur le devant de la scène : Jacques Laurent romancier avec Caroline Chérie mais aussi Jacques Laurent essayiste et chroniqueur avec L’Esprit des lettres (éd. de Fallois, avril 2013), recueil des articles rédigés entre 1954 et 1958 dans la revue Arts.

UN CAPRICE DE CAROLINE CHÉRIE
Jacques Laurent
Préface Matthieu Letourneux
LES ÉDITIONS DE L’ARCHIPEL
2013 – 400 pages – 24,95 $ – 16,50 €

Découvrez tous les titres publiés chez cet éditeur :

LES ÉDITIONS DE L’ARCHIPEL

Quelques titres présentés chez Planète Québec dans cette catégorie :

La reine clandestine
Louve musulmane
Argo
Hannibal, l’homme qui fit trembler Rome
Jacques Brel. L’aventure commence à l’aurore
Je plaide coupable – Christophe Rocancourt
Piaf secrète
Le dernier amour d’Édith Piaf
Un caprice de Caroline Chérie