Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Chronique auteur étranger - «Best-Seller» ->

Un grand classique du suspense

Raymond Shaw, 24 ans, le sergent de l’armée américaine le plus décoré de la guerre de Corée, est enlevé avec son groupe de reconnaissance par un commando soviétique.

Soumis à un lavage de cerveau en règle par une équipe de docteurs chinois, Shaw est autorisé à rentrer à San Francisco.

Or, il ignore qu’on peut le manipuler à distance et qu’il a été programmé pour tuer diverses personnalités, notamment le président des États-Unis…

Ce thriller politique illustrait le climat de paranoïa de la guerre froide.

Non dénué d’humour (ainsi, le beau-père de Shaw est une caricature sarcastique du sénateur McCarthy), il a été porté à l’écran par John Frankenheimer en 1962, avec Frank Sinatra et Angela Lansbury.

Ce film a été retiré de la vente aux États-Unis pendant 25 ans à la suite de l’assassinat de Kennedy.

Signé Jonathan Demme (Le silence des agneaux) , le remake de ce film (The Manchurian Candidate – Le Candidat mandchou**) transpose l’action au lendemain de la première guerre du golf, en 1991.

L’AUTEUR :

Issu d’une famille d’avocats, RICHARD CONDON (1915-1996) exerce divers petits métiers avant d’entrer dans une agence de publicité où il restera pendant plus de vingt ans.

Pendant les années 40 et 50, il travaille pour les milieux du cinéma. Il devient ensuite producteur de théâtre à New York.

À partir de 1958, il se consacre à l’écriture. Il publiera une vingtaine de livres, la plupart relevant du genre policier, dont Confidence pour confidence (1958) et L’Honneur des Prizzi (1982), que John Huston adaptera en 1985 avec Jack Nicholson.

UN CRIME DANS LA TÊTE
The Manchurian Candidate
Richard Coudon
Traduction : Jean rosenthal
Avant-propos de Louis Ménand
LES ÉDITIONS L’ARCHIPEL
2004 – 330 pages – 32,95$ – 19,95 euros