Art et culture
Accueil -> culture -> Tous les chroniqueurs du passé -> Chronique spectacles ->

Samedi, 31 octobre, Salle Rolland Brunelle – Pièce parfaite pour un soir d’Halloween – où on célèbre la mort et les revenants!!!

Le communiqué de presse dit ceci: Quatre-vingt-dix minutes pour mourir, en public, du sida avec la maestria d’une verve trempée dans le vitriol d’un acteur fier et insolent. C’est Cyrille qui fête sur un air de Beatles ses deux ans de maladie, un verre de vino blanco à la main.

Ha, oui !

Il y a aussi ces six visites inopportunes, cortège funèbre et grotesque qui égraine leur panoplie dérisoire d’efforts d’amabilité et de compassion impuissante.

Du vieil admirateur dévoué à l’infirmière nymphomane jusqu’au docteur névrotique, en passant par une diva lobotomisée et un jeune journaliste plutôt séduisant, il faut le dire!

La dernière à frapper à la porte, on s’en doute, ne sera certainement pas la moindre de ces visites inopportunes…

Mise en scène d’André Brassard
avec Roger La Rue, Gérard Poirier, France Castel, Paul Savoie, Dominique Quesnel et Érik Duhamel (équipe de l’Espace GO)

Auteur: COPI qui est d’ailleurs mort du sida, avant que sa pièce ne soit jouée.

OPINION:

Cette pièce est une bande dessinée mobile – des personnages caricaturaux à l’extrême.

J’ai vécu dans un monde de fous pendant 90 minutes!!!

Et ça avait un certain charme quand on le prenait sur ce ton!!!

Au premier abord, on se demande ce que l’on doit penser de cette infirmière qui hurle et courre de tout bord tout côté, de ce personnage de sidéen à la perruque orangée, de cet ami d’un snobisme achevé.

Et ne voilà t’y pas qu’arrive France Castel en diva folle à lier.

Ou bien on décide d’entrer dans le jeu ou bien on sort en catimini par la plus proche porte ou on soupire et frétille sur son banc jusqu’à la fin qui semble être au bout de l’éternité.

J’ai donc décidé de prendre la première option et d’apprécier le jeu magnifique des comédiens qui n’ont absolument pas peur du ridicule, d’apprécier également le texte complètement débridé qui nous montre tout le superficiel de la vie à l’heure de la mort.

Une bonne soirée??? Disons une soirée particulière!!!

Pour lire les chroniques précédentes, allez vers le bas de la page.