Art et culture
Accueil -> culture -> Louise Turgeon -> Chronique auteur étranger - «Best-Seller» ->

La ville ouverte, intérieure, ville interdite, extérieure, ville perdue, ville noyée dans la mondialisation, ville qui s’émiette selon les gestes et les actions, qui se refait lentement dans les corps.

Au dessus de la fumée des tours, la nuit des oiseaux prend forme telle une toile serrée. (p.19)

Voilà cette ville dont parle Elva Macías.

La ville s’envole quand le désert fraîchit. Sa muraille est comme le chant d’une pièce de monnaie qui s’approche de l’œil du Grand Collectionneur. (p.25)

Ici, on parle de poèmes de célébration, de cérémonie et de fondation.

On dit de la poésie d’Elva Macías qu’il s’agit d’un «chant constitutif», un chant qui place la parole dans une musique d’immensément grand, une parole annonciatrice d’un destin fondé. Ici, pas d’anecdotes, ni d’immédiat.

Tout se déroule dans le temps et dans l’espace avec une force épique sans quitter les entrailles du monde.

Parce que tu ne tues
ni ne détruis sans limites,
une chasse abondante te sera accordée,
à toi qui es le protégé du ciel.
(p.83)

L’AUTEURE :

ELVA MACIAS (Chiapas, Mexique, 1944) a étudié et travaillé en République Populaire de Chine et dans l’ancienne Union Soviétique.

Elle a réuni quatre livres de poésie dans le recueil Mirador, publié par la UNAM. Elle est l’auteure de livres, pour enfants, publiés à grand tirage. Elle a été boursière du Centre Mexicain des Écrivains en 1972 : elle a reçu le Prix Chiapas de Littérature Rosario Castellanos et le Prix Carlos Pellicer pour son livre Ciudad contra el cielo, publié en 1994.

Je ne connais pas les noms des enfants que j’ai engendré.

VILLE CONTRE LE CIEL
CIUDAD CONTRA EL DIELO
Elva Macias
Traduit de l’espagnol par René Montes
LES ÉDITIONS ÉCRITS DES FORGES
UNIVERSIDAD NACIONAL AUTONOMA DE MEXICO
2007 – 144 pages – 12,00$ – 15,00 €

Partez à la découverte des poètes publiés chez cet éditeur :

LES ÉDITIONS ÉCRITS DES FORGES

UNAM