Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Septembre en bref aux Dimanches du conte

Dimanche 9 septembre

Soirée d’ouverture de la 10e saison des Dimanches du conte.
André Lemelin, Jean-Marc Massie, François Lavallée, Claudette L’Heureux, Denis Gadoury, Éric Gauthier, Jacques Pasquet, Ronald Larocque, Yves Robitaille et Éveline Ménard. Invités spéciaux : Lucie Bisson et Éric Michaud.

Dimanche 16 septembre

Les îles de la Madeleine à l’honneur : Parole sous la mer
Élaine Richard

Dimanche 23 septembre
Soirée hors conte, Le Manitoba à l’honneur : Fragment d’identité
Michel Marchildon

Dimanche 30 septembre
conteur étoile : Le Conteux Fred Pellerin
Fred Pellerin

Dimanche 9 septembre 2007 – 19 h 30
Soirée d’ouverture de la 10e saison des Dimanches du conte

Qui de mieux que les conteurs du Sergent recruteur pour ouvrir la dixième saison des Dimanches du conte. Plus d’une douzaine de conteurs se succéderont sur scène jusqu’à tard dans la nuit. André Lemelin, Jean-Marc Massie et François Lavallée ouvriront le bal en contant à trois voix le maître récit de L’incroyable odyssée du Sergent recruteur. Par la suite, vous pourrez entendre Claudette L’Heureux, Denis Gadoury, Éric Gauthier, Jacques Pasquet, Ronald Larocque, Yves Robitaille et Éveline Ménard. Invités spéciaux : Lucie Bisson et Éric Michaud.

André Lemelin

André Lemelin a terminé un baccalauréat en arts visuels et un certificat en enseignement à l’Université Laval, puis une maîtrise en philosophie à l’UQAM. Au début des années quatre-vingt, il découvre la nouvelle littéraire. Il fonde successivement, en 1985, la revue STOP (nouvelles, récits et contes) ; en 1993 (avec Josée Roy), le mensuel du livre Lectures qu’il édite pendant deux ans avec Karen Ricard ; en 1995, avec Tony Tremblay, la revue de poésie Exit ; en 1997, la maison d’édition Planète rebelle et, en 1998, avec Jean-Marc Massie, Les Productions du Diable Vert qui organisent les Dimanches du conte.
André Lemelin a publié ses nouvelles et ses contes dans différentes revues culturelles, puis les a offerts en recueils. Il a monté deux spectacles de contes : Jos Gallant, contes de l’Abitibi et Hold-up! contes du Centre-Sud.

Jean-Marc Massie

Né en 1966 à Montréal, dans le quartier Rosemont, l’animateur des populaires Dimanches du conte, Jean-Marc Massie, s’est retrouvé à l’âge de huit ans sur la Rive-Sud, dans «l’incroyable» banlieue de La Prairie, avant de revenir s’établir à Montréal, dans le Mile-End. Depuis, de Marrakech à Whitehorse en passant par Dakar, Saint-Malo, Tadoussac et Plattsburgh, l’auteur de l’essai Petit manifeste à l’usage du conteur contemporain (Éd. Planète rebelle, 2001) et du livre-CD de contes Delirium tremens (Éd. Planète rebelle, 2002) continue à métisser au gré de son verbe-lumière différentes formes d’oralité et d’écriture. Par ses contes fantastiques, il poétise l’espace et le temps sur le rythme d’une parole à géométrie variable.

François Lavallée

François Lavallée est auteur et conteur de métier depuis 1996. Il a cumulé une trentaine de tournées en France et en Belgique. Il a promené ses souliers qui courent vite chez les Inuits du Grand Nord québécois, les autochtones des volcans de l’Équateur, en Acadie et aux quatre coins du Québec. Il fait partie des tous premiers conteurs du Sergent recruteur. En décembre 2005, il a gagné la médaille d’or dans la discipline Contes et conteurs aux Ves Jeux de la francophonie à Niamey, au Niger. C’est un homme de paroles et d’idées, un forgeron de menteries, un rêveur de réalités, un bricoleur d’images, un sculpteur de langues de bois, un «ramancheur» de vieilles légendes, un semeur de doutes, un bâtisseur de rêves qui dit comme il respire…

Claudette L’Heureux

Elle en a fait du chemin, notre Claudette L’Heureux, depuis le temps où elle racontait des histoires à ses petits frères et petites soeurs en haut de l’escalier. En marchant sur les sentiers de la vie, elle a recueilli des histoires, des récits de vie et des chansons. C’est avec tout ce bagage qu’elle est invitée à conter dans les festivals au Québec, au Canada et en France. En 2002, elle publie chez Planète rebelle le livre-CD Les contes de la Poule à Madame Moreau. Elle fut cofondatrice des Mardis-Gras. Elle anime avec bonheur, depuis 5 ans, des ateliers de contes. «Sa force, c’est de n’avoir jamais pensé être conteuse, de n’être ni jeune ni vieille, ni traditionnelle ni moderne, ni instinctive ni intellectuelle, d’être elle-même, d’un seul bloc, libre.» (Daniel Conrod, Télérama, France.)

Denis Gadoury

Passionné d’histoires, Denis Gadoury est un conteur traditionnel qui, parfois, par une remarque bien placée, fait le lien avec le monde moderne. Depuis vingt ans qu’il conte, il a ramassé des contes partout au Canada : à Winnipeg (Manitoba), Yellowknife (Territoires-du-Nord-Ouest), Whitehorse (Yukon) et maintenant à Montréal. Il traîne un bagage de bum que son image reflète bien. On a pu le voir à la Fête de la Saint-Jean en Estrie, à la Fête médiévale de Sainte-Agathe et à bien d’autres endroits, dont bien sûr le Sergent recruteur qui a vu certaines de ses performances les plus mémorables.

Éric Gauthier

Depuis son enfance en Abitibi, Éric Gauthier adore les histoires étranges. nformaticien défroqué, il mène maintenant une double vie : sur scène et sur papier. C’est en 1999 qu’il a répondu à l’appel du Sergent recruteur et de ses Dimanches du conte ; depuis, il est allé conter jusqu’en France et au Yukon. C’est un logicien de l’étrange, un collectionneur de savoir insolite qui écrit et raconte la vie moderne dans tout ce qu’elle a d’absurde, de fantastique et de déroutant. Ses nouvelles et son recueil de contes (Terre des pigeons, Planète rebelle, 2002) lui ont valu plusieurs prix, dont le Grand Prix de la science-fiction et du fantastique québécois

Jacques Pasquet

À titre de conteur, Jacques Pasquet participe à de nombreux festivals dans l’espace francophone tout en faisant de son art un lieu de convivialité. C’est cet aspect qui l’amène à conter dans les lieux les plus variés : musées, fêtes de village, fêtes privées, auberges, etc. Qu’il s’agisse de récits tirés de la mythologie inuit, de récits de son terroir d’origine ou de ses propres créations, Jacques Pasquet vise avant tout à plonger son auditoire au coeur des imaginaires qui tissent la vie et la mort au fil des gestes du quotidien. Quand à l’écrivain, auteur de plusieurs ouvrages en littérature de jeunesse ainsi que de nombreux articles dans la presse spécialisée, il donne à lire une prose gourmande où le plaisir de la langue et des mots se conjugue aux rythmes de sa lecture du monde et des êtres qu’il côtoie.

Ronald Larocque

Conteur et écrivain, Ronald Larocque est l’un des conteurs du Sergent recruteur de la toute première heure. Il a participé à plusieurs festivals de contes dont, cet été, à celui de l’Innucadie à Natashquan. Ses publications comprennent Galapagos et Zestes (Le trottoir branlant), ainsi que Sept mémoires et le livre-CD de son dernier spectacle, L’homme qui lisait dans les mamelons et autres contes de l’émotion (Planète rebelle, 2000 et 2006). Ce spectacle a été présenté plus de vingt fois au Québec (Sergent recruteur, Saint-Eustache, Trois-Pistoles, Lévis, Baie James, Université Laval, etc.). Les histoires qu’il raconte sont de son cru. Il est aussi arbraconteur : il conte pour les enfants au théâtre de l’Esquisse avec Arbraconte ainsi que dans les écoles. Il fait partie du programme «La culture à l’école» du ministère de l’Éducation du Québec.

Yves Robitaille

Tchouang Tcheou rêvait qu’il était un papillon volant, heureux de son sort, ignorant même qu’il était Tcheou. S’éveillant brusquement, il ne savait plus s’il était lui-même ayant rêvé qu’il était un papillon ou un papillon rêvant qu’il était Tcheou.
Tchouang Tseu
Cette zone entre rêve et réalité, est le seuil de l’univers d’Yves Robitaille. Inventés ou puisés dans diverses traditions, ses contes sont portés par une voix qui nous berce et nous entraîne doucement dans ce monde poétique qui, au fond, est aussi le nôtre.

Éveline Ménard

Éveline Ménard fait germer ses histoires depuis l’enfance, mais c’est au Sergent recruteur, à Montréal, que celles-ci se sont déployées. Elle parcourt les festivals, les écoles et les milieux communautaires depuis neuf ans. Voyageuse dans l’âme, elle a trimballé ses contes dans plusieurs régions du Québec, en France et même en Équateur.

Lucie Bisson

Lucie Bisson est membre du club d’art oratoire Toastmaster, La voix du Suroît, et membre fondateur du Cercle de conteurs du Haut-Saint-Laurent. Elle était gagnante du trophée Capitaine Bonhomme pour la meilleure menterie au Festival de conte De Bouche à Oreille, édition 2005. Elle a aussi remporté le concours de la plus grande menterie (Rendez-Vous des Grandes Gueules) lors de la neuvième édition, en 2005, du Festival de contes et récits de la francophonie de Trois-Pistoles.

Éric Michaud

Éric Michaud est un autodidacte et la répartie est sa complice. En 1995, il commence une longue aventure dans la peau d’un personnage : Ubert Sanspré. Parfois par l’intermédiaire de Ubert, parfois sans lui, Michaud s’est alors donné un style bien personnel jouant sur des vagues tantôt dramatiques, tantôt humoristiques. Depuis presque le début, Éric a été accompagné de Mathieu Lavoie, alias Ambroise, un compositeur de formation qui, de ses divers instruments, vient soutenir ses contes. Chose sûre : les spectacles sont faits pour que le public s’amuse et qu’il soit dépaysé ; bienvenue dans un autre monde…

Ce que les médias en ont dit :

POPULAIRE, LE CONTE !
«Les Dimanches du conte attirent les foules au Sergent recruteur, microbrasserie du boulevard Saint-Laurent, un soir par semaine, depuis 1998. Une réussite spectaculaire ! Entreprise à laquelle nul ne croyait au début. Les initiateurs, Jean-Marc Massie et André Lemelin, avaient pourtant vu juste.»
Raymond Bertin, Elle Québec, mars 2005.

LE RETOUR DE LA MÉMOIRE
«Pendant que l’obscurité s’installe dans les rues de Montréal et que le froid et la pluie défigurent ce dimanche d’octobre, une foule enthousiaste et attentive s’engouffre dans un bar de la rue Saint-Laurent pour assister à une soirée de contes. Une tradition que l’on croyait disparue à la suite de l’échec du référendum de 1980, mais qui gagne en popularité depuis 1998, année des premiers Dimanches du conte du Sergent recruteur. […] Un succès qui ne se dément pas grâce, entre autres, à une clientèle jeune.»
Robert Laplante, La Presse, 18 octobre 2004.

PASSER LE FEU DU CONTE
«[…] depuis quelques années, les soirées, festivals et événements tournant autour du conte ont proliféré en nos contrées. […] Au Québec, Petronella van Dijk estime que les soirées de conte, qui se déroulent au bar le Sergent recruteur, ont entraîné la formation de toute une génération de jeunes conteurs, Fred Pellerin en tête.»
Caroline Montpetit, Le Devoir, 16-17 octobre 2004.

DES HISTOIRES À RACONTER
«Au mois de septembre dernier, Les Productions du Diable Vert célébraient les cinq ans d’existence des Dimanches du conte en lançant le livre-disque anniversaire Les Dimanches du conte. Déjà 5 ans ! La mission de ce groupe de conteurs associés à ces soirées […] est de moderniser le genre du conte, tout en préservant son côté traditionnel, à la base de sa définition. En plein coeur de la ville, de la métropole, les histoires s’urbanisent, sortent des campagnes, mais traînent toujours avec elles ce qui faisait le propre de la mythologie populaire et rurale, mélangeant l’oralité à la textualité, la théâtralisation du texte et sa saisie sur papier et sur disque, le passé et le progrès, le corps et la technologie, le merveilleux et le savoir.»
Nicolas Tremblay, Lettres québécoises, n° 112, hiver 2003.

CONTES POUR TOUS
«L’idée d’instaurer des soirées de contes sur une base hebdomadaire paraissait saugrenue en 1998 […] Le conte avait bien son heure de gloire deux ou trois fois par année par le biais d’un festival, d’un Michel Faubert [.].. Mais tout ça demeurait très ponctuel, jusqu’à ce que Jean-Marc Massie et André Lemelin soient assez fous pour créer les Dimanches du conte à la microbrasserie du Sergent recruteur […] Et ça a marché, marché très fort, et ça marche encore […] Le livre-CD Les Dimanches du conte marquant les cinq ans de ces soirées […] témoigne bien de cette réussite.»
Stéphane Despatie, Voir Montréal, 2 au 8 octobre 2003.

PERFORMANCES ORALES
«Comme les politiciens (surtout en période électorale), les conteurs professionnels gagnent leur vie en racontant des histoires. Les meilleurs d’entre eux se donnent rendez-vous le jour du Seigneur au Sergent recruteur […] Le Sergent recruteur, c’est un peu le siège social montréalais des conteurs québécois.»
Jean-Yves Girard, Le Devoir, 7 mars 2003.

LE RENOUVEAU DU CONTE
«Depuis quelques années, ce genre tombé en désuétude connaît un regain de vie sans précédent. Dépoussiéré, actualisé, le conte est de toutes les tribunes […] les Dimanches du conte de la microbrasserie Le Sergent recruteur ont remis le conte au goût du jour, favorisant un profond renouveau dans la forme autant qu’une diffusion plus large.»
Tristan Malavoy-Racine, Voir Montréal, 15 au 21 novembre 2001.

Les meilleurs moments des Dimanches du conte sont radiodiffusés sur les ondes de CIBL 101,5 FM à l’émission « Aux portes du conte », chaque mardi, à 19h.

Les Dimanches du conte sont animés par
Jean-MarcMassie et présentés par Les productions du Diable Vert

Renseignements:
T. : 514. 277 9084, F. 514. 277 2039
diablevert@arobas.net

Au Sergent Recruteur
4801 rue St-Laurent, Montréal
514. 287 1412

10$ contribution volontaire suggérée
Resto-bar, le Sergent recruteur offre une impressionante variété de bières et de pizzas maison.