Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

APÉROS POÉTIQUES
Les 5 à souhaits
Cabaret des Terrasses Saint-Sulpice
17 à 19 heures
Entrée libre

Plus de 300 poètes ont participé à nos 5 à 7 poétiques au cours des neuf dernières années. Il s’agit maintenant d’une tradition. À l’heure de l’apéro, les festivaliers sont invités à découvrir l’insoupçonnée diversité des voix poétiques d’ici dans une atmosphère jazzée, sous la direction musicale du pianiste Pierre St-Jak, accompagné chaque soir d’un de ses amis musiciens. Les 5 à Souhaits sont conçus et animés par le poète José Acquelin.

Lectures du poète du jour Jean-Marc Desgent (Vingtièmes siècles, Écrits des Forges) ainsi que de Maxime Catellier (Après le déluge, Poètes de brousse) et de César Castillo (Friches de cœur, Poetas.com). Musicien invité : Pierre Tanguay (percussions).

LES GRANDES RENCONTRES
L’écrivain et le théâtre
Théâtre du Nouveau Monde
17h30
Entrée libre

Rencontre avec René de Ceccatty (France)
Une présentation du Théâtre du Nouveau Monde

Ce n’est pas la pièce d’Alexandre Dumas fils qui vous est présentée en septembre au Théâtre du Nouveau Monde, mais bien la version qu’en a signée l’écrivain français René de Ceccatty, à l’intention d’abord de l’actrice Isabelle Adjani. Plus qu’une adaptation, sa Dame aux camélias est une adoption du roman de Dumas. Plutôt que de dégager la pièce de ses enflures et de ses emphases, il est revenu au roman et en a fait une fable où la maladie d’amour qui affecte Marguerite, cette maladie qui n’a pas de nom, renvoie à une réalité qui est redevenue la nôtre un siècle et demi plus tard, à une époque où l’amour impossible, l’amour délire, l’amour à mort est peu célébré, mais continue de faire battre les cœurs.

Né en 1952 à Tunis, essayiste, traducteur de l’italien et du japonais, critique au journal Le Monde, directeur de collection, spécialiste de Pasolini et de Violette Leduc, celui qui a donné une seconde vie à La Dame aux camélias, qui l’a dépoussiérée et revitalisée, est également un grand romancier.

Animation : Stéphane Lépine (professeur, dramaturge et programmateur du Studio littéraire)

SPECTACLES LITTÉRAIRES
La maladie de la mort avec Fanny Ardant
Place des Arts/Cinquième salle
20 heures
52$

Pour dire Duras, et plus particulièrement ce texte magnifique sur l’importance du désir, il fallait une actrice passionnée que la puissance des mots n’effraie pas. Il fallait aussi le désir mais aussi l’arrogance. Seule sur scène, Fanny Ardant ne joue pas, elle dit à chacun l’urgence d’aimer. Elle nous offre, en toute indécence, un véritable hymne à l’amour construit comme une partition de musique. Un véritable bonheur.

Grand ciel bleu par ici
Lion d’or
20h30
15$/12$ (étudiant)

Depuis 1998, le FIL rend hommage à chaque année aux créateurs d’une région en particulier. C’est au tour de l’ensemble de la « francophonie canadienne hors Québec » d’être à l’honneur lors de notre douzième édition. Du Nouveau-Brunswick à la Colombie-Britannique, en passant par l’Ontario et le Manitoba, des poètes, dramaturges et conteurs ont accepté de venir à Montréal pour témoigner de la richesse et de la diversité de la culture canadienne-française.

Grand ciel bleu par ici réunit trois des plus grands écrivains du Canada français : l’Acadien Herménégilde Chiasson, lauréat du Prix du Gouverneur général du Canada 1998 pour Conversations (Éditions d’Acadie, 1998, Prise de parole, 2006), le Franco-Ontarien Robert Dickson, lauréat du Prix du Gouverneur général du Canada 2002 pour Humains paysages en temps de paix relative (Prise de parole, 2002) et le Franco-Manitobain Roger Léveillé, lauréat des Prix Champlain et Rue-Deschambault 2002 pour Le soleil du lac qui se couche (Éditions du Blé, 2001).

Ces trois monuments de la littérature du Canada seront entourés par une nouvelle génération de poètes, dramaturges et conteurs. Au cours de cette soirée, chacun lira, dira ou criera son grand ciel bleu, certains ayant cessé d’y croire ou de le chercher, d’autres ayant fait un très long chemin pour le trouver, ici, ailleurs ou quelque part. Bathélemy Bolivar, Éric Charlebois, Stephan Cloutier, Myriam El Yamani, Brigitte Harrison, Stefan Psenak, la femme de théâtre Marcia Babineau et les musiciens John Geggie, Pierre-Yves Martel et Jim Doxas sont venus des quatre coins du pays pour lire et vivre quelques instants de poésie en votre compagnie.

Ce grand ciel bleu, certains sont convaincus de l’avoir vu à Sudbury, au bord du lac Ramsey; d’autres l’ont surpris en train d’envelopper la baie de Shédiac; plus loin encore, certains l’ont aperçu un matin de printemps quand la Rivière Rouge regagna enfin son lit. Ce grand ciel bleu, on le trouve dans chaque mot, chaque respiration, chaque je t’aime murmuré au petit déjeuner. Sa présence nous survivra comme un vestige de ce que nous fûmes, le temps d’un bonheur, d’un soupire, d’un livre, d’une soirée passée ensemble un soir de septembre.

* Titre d’un recueil de Robert Dickson, Prise de parole, 1997.

LITTÉRATURE ET CINÉMA
Duras Song
Cinémathèque québécoise
19h
7$/6$ (étudiants)

Spécial Apostrophes : Marguerite Duras *
Réal. : Jean-Luc Leridon [Fr., 1984, 76 min]
Bernard Pivot reçoit Marguerite Duras à l’occasion de la sortie de L’Amant.

Cinémathèque québécoise
20h30
7$/6$ (étudiants)

Détruire, dit-elle
Réal. : Marguerite Duras [Fr., 1969, 90 min]
Avec Catherine Sellers, Michaël Lonsdale, Henry Garcin
Dans un hôtel isolé, qui peut être également une clinique psychiatrique ou une maison de repos, à l’orée d’une profonde forêt, trois pensionnaires semblent se remettre d’incidents récents (les événements de Mai 68?).