Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Les vendredi 7 décembre 2007, 20 h,
samedi 8 décembre, 20 h et dimanche 9 décembre, 14h

Bach, le profane

dans le cadre du Festival Bach de Montréal

Arion, orchestre baroque

Gary Cooper, clavecin et direction
Claire Guimond, flûtre traversière
Mathias Maute, flûte à bec
Sophie Larivière, flûte à bec
Chantal Rémillard, violon

Rien n’exprime mieux la joie sans mélange dont est porteuse la musique de Bach que la Badinerie virtuose qui termine avec panache la Suite pour flûte et cordes en si mineur BWV 1067. Avec la traversière comme star, cette deuxième au catalogue des quatre « suites pour orchestre » de Bach, modeste contribution à un genre florissant alors en Allemagne, a sans doute été la dernière composée. Dérivées des musiques d’orchestre des ballets et opéras de Lully, ces suites comprennent une ouverture (à la française) suivie d’une série de danses stylisées, ici une vive bourrée, un gracieux menuet et une énergique polonaise, et de pièces de caractère comme la célèbre Badinerie, dont le nom dit tout.

Dans le cinquième Concerto brandebourgeois BWV1050, la traversière partage la vedette avec le violon et le clavecin, tandis que le quatrième Concerto BWV 1049, le concertino est formé de deux flûtes à bec et d’un violon. Ce programme de musique orchestrale et concertante de Bach donne à Arion et à sa fondatrice et directrice artistique, Claire Guimond, l’occasion de mettre en valeur les qualités esthétiques et expressives de la traversière broque. Faisant carrière aussi bien à Londres qu’à Montréal, Mme Guimond est depuis longtemps reconnue comme une des sommités parmi les interprètes de l’instrument. Avec Arion, elle a fait de nombreuses tournées en Amérique du Nord et du Sud ainsi qu’en Europe, et elle joue régulièrement en Grande-Bretagne. Ses enregistrements ont eu beaucoup d’écho et la critique française a décrété que sa version des douze Fantaisies pour flûte seule de Telemann, parue sous étiquette Analekta, était « définitive ».

Le claveciniste anglais Gary Cooper sera le soliste du Concerto en mineur BWV 1052, transcription par Bach d’un de ses concertos pour violon aujourd’hui perdus et il tiendra la partie de clavecin du cinquième Concerto brandebourgeois, qui brille par l’extravagante cadence de son premier mouvement. À propos du jeu de M. Cooper dans cette dernière lors d’un concert à Portland (Oregon), un critique a justement noté « la cadence flamboyante » à mi-chemin entre la Fantaisie chromatique et Ozzie Osbourne ».

Programme

Johann Sebastian Bach
Suite en si mineur BWV1067
Concerto brandebourgeois n° 5 en ré majeur BWV 1050
Concerto pour clavecin en ré mineur BWV 1052
Concerto brandebourgeois n° 4 en sol majeur BWV 1049

Salle Redpath
3461, rue McTavish

Billets : 35 $ / aîné 25 $ / étudiant 17 $

Le concert est enregistré par Espace musique, la radio musicale de Radio-Canada, au 100,7 FM à Montréal et sera diffusé ultérieurement.

Renseignements concernant le festival au 514-295-9752 ou au www.bach-academie-montreal.com