Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Lumières ->

Ne ratez pas les événements de ce premier week-end du FIL…

LE SAMEDI 16 SEPTEMBRE

APÉROS POÉTIQUES
Les 5 à souhaits
Cabaret des Terrasses Saint-Sulpice
17 à 19 heures
Entrée libre

Plus de 300 poètes ont participé à nos 5 à 7 poétiques au cours des neuf dernières années. Il s’agit maintenant d’une tradition. À l’heure de l’apéro, les festivaliers sont invités à découvrir l’insoupçonnée diversité des voix poétiques d’ici dans une atmosphère jazzée, sous la direction musicale du pianiste Pierre St-Jak, accompagné chaque soir d’un de ses amis musiciens. Les 5 à Souhaits sont conçus et animés par le poète José Acquelin.

Lectures du poète du jour Joël Pourbaix (Les morts de l’infini, Noroît) ainsi que de Bertrand Laverdure (Rires, Noroît) et de Thierry Dimanche (De l’absinthe au thé vert, L’Hexagone). Musicien invité : Guido del Fabbro (violon).

SPECTACLES LITTÉRAIRES
La maladie de la mort avec Fanny Ardant
Place des Arts/Cinquième salle
16 heures et 19 heures
52$

Pour dire Duras, et plus particulièrement ce texte magnifique sur l’importance du désir, il fallait une actrice passionnée que la puissance des mots n’effraie pas. Il fallait aussi le désir mais aussi l’arrogance. Seule sur scène, Fanny Ardant ne joue pas, elle dit à chacun l’urgence d’aimer. Elle nous offre, en toute indécence, un véritable hymne à l’amour construit comme une partition de musique. Un véritable bonheur.

LECTURE PUBLIQUE
De la révolution, Septuor
Théâtre Mainline
16 heures
Entrée libre

De la révolution, Septuor est un tour complet sur nous-mêmes. Le texte de Joseph Danan, écrit sur deux colonnes, renvoie à une forme comptable en recettes et dépenses. S’agirait-il de faire un bilan sur le prix de la liberté ? Le point de vue est celui de l’enfant. Comment devient-on adulte aujourd’hui ? Quels sont les outils d’accès à la mémoire intime de notre histoire ?

SPECTACLES LITTÉRAIRES
Chère Duras
Usine C
20 heures
25$ – 20$

Marguerite Duras n’est pas morte le 3 mars 1996 dans son appartement de la rue Saint-Benoît à Paris. Pas pour ses millions de fans à travers le monde. Pas pour les écrivains, cinéastes, comédiens, québécois et français, qui lui rendent hommage dans Chère Duras.
Ils ont choisi de s’adresser directement à elle, pour témoigner de leur profond attachement à son œuvre, se remémorer ses coups de gueule, lui confier ce qu’ils n’ont jamais osé lui dire jusqu’ici. Ils lisent des extraits de ses textes, de sa correspondance. Elle, Duras, sa voix et ses images, les accompagnent sur scène.

Mise en lecture : Alice Ronfard
Idée originale, conception, recherche et direction artistique : Danielle Laurin
Textes : Marguerite Duras
Lecteurs et lectrices :
Paule Baillargeon, Normand de Bellefeuille, Denise Desautels, Louise Dupré, Madeleine Gagnon, Danielle Laurin (Québec), Françoise Faucher (Québec), Jacinthe Laguë (Québec), Robert Lalonde (Québec), Francis Ducharme (Québec), Jean Marchand (Québec)

CINÉMA
DURAS SONG
Cinémathèque québécoise
17 heures

Nathalie Granger
Réal. : Marguerite Duras [Fr., 1972, 83 min]
Avec Jeanne Moreau, Lucia Bosè, Gérard Depardieu
« Le film est maintenant. Maintenant, l’exploration d’un lieu, d’une maison parmi d’autres habitée par deux femmes que la caméra prend, laisse et reprend, laisse encore jusqu’à ce que la durée fatidique des 90 minutes de spectacle se soit écoulée. » (M. Duras, 1972)

21 heures
India Song

Réal. : Marguerite Duras [Fr., 1974, 119 min]
Avec Delphine Seyrig, Mathieu Carrière, Claude Mann
Au cours d’un bal à l’ambassade de France à Calcutta, l’histoire d’une passion et d’une dépossession. « Dans nos mémoires, la mélodie de Carlos d’Alessio restera à tout jamais inséparable du visage d’Anne-Marie Stretter et du rire de la mendiante, de l’odeur de la lèpre dans le jardin de l’ambassade de France à Calcutta. » (Bernard Loupias, 1984)

LITTÉRATURE JEUNESSE
JOURNÉE JEUNESSE
Grande bibliothèque /Espace Jeunes

Le FIL invite les jeunes lecteurs à la Grande Bibliothèque à une journée de manifestations spécialement imaginées et conçues pour eux. Quoi? Une journée jeunesse dans une bibliothèque sérieuse avec des rayons remplis de livres pour adultes seulement ? Détrompez-vous! Au contraire! L’Espace Jeunes de la Grande Bibliothèque a été spécialement conçu et aménagé pour les jeunes et les tout-petits, avec des livres, des disques, des logiciels, des postes d’écoute… Tout ceci et bien plus encore, dans un espace moderne, accueillant et plus grand que certaines îles du Pacifique! Qui dit mieux?

Pour plus d’informations sur les activités des partenaires de la journée jeunesse
La Grande Bibliothèque (portail Jeunes) : www.bnquebec.ca/portail_jeunes/livre.jsp
Communication-Jeunesse : www.communication-jeunesse.qc.ca

LE DIMANCHE 17 SEPTEMBRE

APÉROS POÉTIQUES
Les 5 à souhaits
Cabaret des Terrasses Saint-Sulpice
17 à 19 heures
Entrée libre

Plus de 300 poètes ont participé à nos 5 à 7 poétiques au cours des neuf dernières années. Il s’agit maintenant d’une tradition. À l’heure de l’apéro, les festivaliers sont invités à découvrir l’insoupçonnée diversité des voix poétiques d’ici dans une atmosphère jazzée, sous la direction musicale du pianiste Pierre St-Jak, accompagné chaque soir d’un de ses amis musiciens. Les 5 à Souhaits sont conçus et animés par le poète José Acquelin.

LES GRANDES RENCONTRES
L’écriture et les arts visuels
Hall de L’Espace GO
13 heures
Entrée libre

Il y a quelques mois, Frédéric-Jacques Temple publiait Un émoi sans frontières (Le Lézard amoureux) accompagné d’une œuvre de René Derouin, l’artiste québécois ami des poètes Gaston Miron et Pierre Morency. Dans ce recueil, il y a un poème tout simplement intitulé René Derouin qui servira d’introduction à leur rencontre. Il y a vingt ans, le poète avait invité l’artiste à Montpellier. C’est de cette époque que date leur amitié. Et leur complicité. Tous deux ont toujours accordé une grande importance aux dialogues entre les disciplines artistiques.

Frédéric-Jacques Temple est l’auteur de nombreux recueils de poésie, de récits, de romans et de traductions dont celles de Lawrence Durrell, Henry Miller et Thomas Hardy. Graveur, peintre, sculpteur et réalisateur d’installations, René Derouin compte parmi les rares artistes du Québec reconnus à l’étranger, notamment en Amérique latine et aux États-Unis.

LES GRANDES RENCONTRES
L’écriture et la danse
Hall de L’Espace GO
15 heures
Entrée libre

Lecture suivie d’une rencontre avec Marie Nimier (France) et Paul-André Fortier (Québec)

Que se passe-t-il dans la tête de celui qui danse, pendant les répétitions et pendant le spectacle? Comment pense-t-il ses gestes, quels mots servent d’appui à sa chorégraphie? Comment les mouvements sont-ils perçus, de l’intérieur? D’où viennent-ils? Quelles sont leurs histoires, et que voit le danseur pendant qu’il est sur la scène? Voit-il cette femme au troisième rang qui tripote son collier? Remarque-t-il que son voisin regarde sa montre?

Autant de questions qui sont à l’origine du très beau recueil de nouvelles Vous dansez? de Marie Nimier (Gallimard). « La rencontre réjouissante du mouvement et du texte » pouvait-on lire dans Le Monde au sujet de ce livre, lors de sa parution en décembre 2005.

Le danseur et chorégraphe Paul-André Fortier, dont on connaît l’amour de la littérature, a accepté de participer à une rencontre en compagnie de Marie Nimier qui débutera par une lecture suivie d’un échange avec le public.

LES GRANDES RENCONTRES
Littérature et rock
Hall de L’Espace GO
17 heures
Entrée libre

Depuis un demi-siècle, le rock s’est imposé comme la forme musicale de prédilection de la rue, de la révolte. Avec efficacité, simplicité, enthousiasme et jeunesse, cette musique simple et percutante s’amuse à dépoussiérer la chnockerie en place environ tous les dix ans. Cette forme dure et jouissive trouve-t-elle son équivalent en littérature? Peut-on imaginer une littérature électrique? Si oui, comment? Si non, pourquoi?

Autant de questions auxquelles tenteront de répondre Lucien Francoeur, Luc Baranger, Marie-Sissi Labrèche, Jean-François Poupart et Tony Tremblay, autant d’écrivains qui, tout en affirmant leur passion des mots, n’ont jamais renié leur passion du rock.

Animation : Michel Vézina (écrivain et chroniqueur culturel au ICI Montréal)

CINÉMA
DURAS SONG
Cinémathèque québécoise
19h30

Son nom de Venise dans Calcutta désert
Réal. : Marguerite Duras [Fr., 1976, 120 min]
Avec Delphine Seyrig, Nicole Hiss, Sylvie Nuytten
Reprenant la bande sonore de son film India Song, Marguerite Duras y greffe des images nouvelles proposant une longue réflexion visuelle sur la mort tout en étant aussi le récit de la vie d’Anne-Marie Stretter.

LE LUNDI 18 SEPTEMBRE
APÉROS POÉTIQUES
Les 5 à souhaits
Cabaret des Terrasses Saint-Sulpice
17 à 19 heures
Entrée libre

Plus de 300 poètes ont participé à nos 5 à 7 poétiques au cours des neuf dernières années. Il s’agit maintenant d’une tradition. À l’heure de l’apéro, les festivaliers sont invités à découvrir l’insoupçonnée diversité des voix poétiques d’ici dans une atmosphère jazzée, sous la direction musicale du pianiste Pierre St-Jak, accompagné chaque soir d’un de ses amis musiciens. Les 5 à Souhaits sont conçus et animés par le poète José Acquelin.
Lectures de la poète du jour Élise Turcotte (Piano mélancolique, Noroît) ainsi que de Yannick Renaud (Taxidermie, Les Herbes rouges), de Méliane Ray (Les impulsions orphelines, Le Lézard amoureux) et de Frédéric-Jacques Temple (Un émoi sans frontières, Le Lézard amoureux). Musicienne invitée : Alice Tougas-St Jak (accordéon).

VOIX ET TEXTES
Les Midis littéraires
Studio-théâtre de la PDA
de 12h10 à 12h50
8$ / 5$

SOPHIE CADIEUX lit La Mort de Mignonne et autres histoires de Marie-Hélène Poitras (Triptyque)
Le premier livre de Marie-Hélène Poitras, Soudain le Minotaure, lui méritait le prix Anne-Hébert 2003. Le recueil de nouvelles qui a suivi a connu le succès que l’on sait et a fait de son auteure une figure désormais incontournable de notre littérature. Dans l’un des textes de ce recueil, elle met cartes sur table : « Aussi, je réitère ce droit précieux d’écrire en dehors de l’obsession du réel et j’annonce que, pour moi, la liberté de jongler comme j’entends avec ce que j’aurai observé du monde qui m’entoure restera primordiale, non négociable et assumée une fois que je serai installée dans le camp de la fiction.» La nouvelle qui donne son titre au recueil La Mort de Mignonne met en scène une jument fatiguée, une jument de calèche qui s’enfuit dans les rues de Montréal. Après un périple mouvementé, elle ira s’écrouler sur un terrain de base-ball abandonné, « près du premier but ». C’est l’inoubliable interprète de Cette fille-là, présentée à deux reprises à la Licorne, la pétillante Clara Dumais de Rumeurs, l’environnementaliste qui prend à cœur la défense de nos forêts, celle qui sut si bien défendre l’œuvre de Ducharme au Combat des livres mené à l’émission de Marie-France Bazzo qui prête sa voix à Marie-Hélène Poitras.

SPECTACLES LITTÉRAIRES
80 ans d’engagement pour la liberté d’expression
Agora de la danse
20 heures
15$ /12$

Qu’évoque le PEN pour vous? Créé à Londres en 1921 par la romancière anglaise Dawson Scott, le PEN Club (P : poets, playwright; E : essayists, editors; N : novelists, non-fiction authors) s’engageait à défendre la liberté de parole d’écrivains emprisonnés ou persécutés pour leurs écrits ou pour des propos tenus publiquement. Fondé en 1926, le Centre québécois est le premier club PEN en Amérique du Nord : une initiative qui témoigne du rôle qu’entendaient jouer les écrivains d’ici sur la scène politique.

Afin de célébrer les 80 ans d’existence du Centre québécois du PEN international et en souligner l’importance, le FIL est heureux de présenter cette soirée, placée sous la direction artistique d’Aline Apostolska, regroupant douze écrivains et quatre chorégraphes qui défendent une même cause dans la pratique de leur art : la liberté de parole pour tous.

Sur la scène de l’Agora de la danse, textes inédits et œuvres chorégraphiques inspirées par le thème de la soirée s’entrecroisent pour créer un événement unique et engagé. Présentée en continu sur grand écran, une création vidéo retrace l’histoire du PEN international ainsi que celle du Centre québécois, et nous fait découvrir les écrivains qui ont bénéficié du soutien indéfectible de cet organisme humanitaire.

Direction artistique : Aline Apostolska
Écrivains: Gilles Archambault
Jean Barbe
Gérard Bouchard
Paul Chamberland
Jean-Paul Daoust
Denise Desautels
Kim Doré
Louise Dupré
Dany Laferrière
Catherine Mavrikakis
Pascale Navarro
Louise Warren
Chorégraphes-danseurs :
Sarah Bild
Hinda Essadiqi
Catherine Lalonde
Dave St-Pierre
Environnement musical: Jean-François Gagnon
Vidéo : Marlene Millar

INFO-FIL: 514-842-2112
WWW.FESTIVAL-FIL.QC.CA