Art et culture
Accueil -> culture -> Jocelyne Tourangeau -> Sons ->

Le jeudi 18 décembre 2008, 20 h


Charbons ardents — touches de feu
Soliste invité: Richard Raymond

Maestro Yuli Turovsky et I Musici concluront l’année sur une note sémillante et vibrante d’émotions. Pour ce concert, le pianiste de renom et lauréat de prestigieux concours internationaux de piano, Richard Raymond, défendra avec superbe un programme exceptionnel. Tout d’abord, nous aurons le plaisir d’entendre le Concerto de chambre pour piano et cordes de Franck, une œuvre presque méconnue puisque redécouverte qu’au 20e siècle. Suivront la frémissante et espagnole Rapsodia sinfónica de Turina et, dans une éblouissante transcription orchestrale réalisée par Maestro Turovsky « La Jeune Fille et la Mort» de Schubert, une œuvre originalement écrite pour un quatuor à cordes. Pour couronner le tout une création nous plongera dans un univers ancestral, païen et mystique de la Bulgarie. Présentées en première mondiale, les pétillantes Danses païennes sur des charbons ardents de Vania Angelova enflammeront à coup sûr l’auditoire. Ce concert est enregistré par Espace musique, la radio musicale de Radio-Canada (100, 7 FM à Montréal) et sera diffusé sur ses ondes ultérieurement dans le cadre des Soirées classiques.

Concerto inédit et langueur andalouse

Le Concerto de chambre pour piano et cordes, opus 10 de César Franck (1822-1890) a été rarement interprété. Longtemps considéré comme perdu, il n’a été redécouvert qu’au début du 20e siècle parmi les manuscrits de la famille Franck. Et dans un tout autre registre… la Rapsodia sinfónica. Écrite en 1931, la Rapsodia sinfónica pour piano et cordes de Joaquín Turina (1882-1949) évoque tantôt la langueur du climat andalou tantôt la vivacité des rythmes de danses espagnoles. Quant au Quatuor en ré mineur de Franz Schubert (1797-1828), ce dernier apportera une conclusion plus obscure et dramatique. Le compositeur viennois écrivit son quatuor surnommé « La Jeune Fille et la Mort » alors qu’il se savait atteint d’une maladie mortelle. Le deuxième mouvement, dramatique, un Andante con moto, représente les pas, lents et pesants, de la Mort qui s’approche de la Jeune Fille. Les arrangements de cette version pour orchestre à cordes sont de Yuli Turovsky.

Danses païennes sur des charbons ardents de Vania Angelova

D’origine bulgare, Vania Angelova vit à Montréal depuis huit ans. Ses œuvres ont été jouées en Russie, en Ukraine, en Europe et au Canada. En 2006, le ministère bulgare de la Culture lui décernait une médaille et un certificat honorifique pour sa contribution à l’évolution et à la promotion de la culture bulgare en Europe et au Canada. Vania Angelova décrit ainsi l’œuvre inscrite au programme : « Ma composition constitue un petit portrait musical du passé de mon pays natal, la Bulgarie. J’ai tenté d’y rendre l’atmosphère d’un ancien rituel païen, la danse sur des charbons ardents. J’y explore les liens entre traditions musicales nationales, rythmes spécifiques de la vieille musique bulgare avec ses patrons rythmiques irréguliers et son langage orchestral contemporain. (…) Danser sur les braises constitue un rituel païen ancien et mystérieux. Pour les danseurs (nestinari), danser en transe, pieds nus sur les braises, ne vise pas le divertissement. Il s’agit d’un rituel personnel, spirituel qui purifie et éclaire le passé, le présent et le futur. »

Richard Raymond : un pianiste d’exception

Récipiendaire de prestigieux concours internationaux de piano, dont le Prix Virginia Parker (1998) attribué par le Conseil des Arts du Canada en reconnaissance à sa contribution exceptionnelle dans le milieu musical, Richard Raymond est aussi très actif en tant que chambriste. Sur le plan international, il a joué en Allemagne au Ruhr Klavier-Festival, en Chine avec l’Orchestre Symphonique de Shanghai, au Lincoln Center à New York, ainsi qu’en Italie, en France et à Taiwan.

Programme

Vania Angelova, Danses païennes sur des charbons ardents
César Franck, Concerto de chambre pour piano et cordes, opus 10
Joaquín Turina, Rapsodia sinfónica pour piano et cordes
Franz Schubert, Quatuor à cordes no 14 en ré mineur, D. 810 (La Jeune Fille et la Mort)

Charbons ardents — touches de feu, un concert exceptionnel réunissant le soliste Richard Raymond et I Musici.

Salle Pollack
555, rue Sherbrooke Ouest

Renseignements et billetterie : 514 982-6038 ou à info@imusici.com

Pour en savoir davantage sur notre 25e saison : www.imusici.com

Le concert Charbons ardents — touches de feu est enregistré par Espace musique, la radio musicale de Radio-Canada (100, 7 FM à Montréal) et sera diffusé sur ses ondes ultérieurement dans le cadre des Soirées classiques, animées par Michel Keable présentées du lundi au jeudi à 20 h, d’un bout à l’autre du pays. Il sera également disponible pour écoute sur demande sur la webradio Espace classique à Radio-Canada.ca/espaceclassique ultérieurement.
Réalisation à l’enregistrement : Richard Lavallée
Réalisation-coordination : Pascale Labrie
Prise de son : Pierre Léger
Première directrice d’Espace musique : Christiane LeBlanc